Evenicle – nouvelle genèse du H-RPG

La collaboration d’Alice Soft avec Manga Gamer, ça a du bon décidément. Cette fois c’est pas un Rance qu’on nous sort mais c’est tout aussi bien. Ça s’appelle Evenicle. Contraction de chronicle et Eve, la mère de l’humanité qui a modelé le monde sur un principe sacré : la monogamie. Ceux qui ne respectent pas ce principe et forniquent avec plus d’une personne se retrouvent hors la loi. Ils se voient imposer un anneau noir par la déesse Eve, peu importe qu’ils aient été violés ou non. Ils n’arriveront plus jamais à créer ni à cultiver quoi que ce soit de leurs mains impures.

1530299184646

Du coup, ça pose problème…

La dystopie formée autour du texte sacré Evenicle est pas mal imaginée. Mais elle doit faire peur à plus d’un joueur d’eroge. D’ailleurs le héros, Aster, est bien embêté car il veut épouser ses (soi-disantes) sœurs jumelles. Rassurez-vous tout de suite : il lui suffira d’escalader les marches de la chevalerie pour arriver à ses fins et décorer son harem. Pour cela, il lui faudra combattre contre les démons d’Adam, l’antéchrist (on n’invente rien!) Complots, trahison, politique : le scénario nous réserve des surprises par moment et ça se suit bien même si la fin plonge un peu trop dans les envolées lyriques et philosophiques.

A côté de ça, on a beaucoup d’humour, certes presque toujours au dessous de la ceinture, mais de l’humour quand même. Avec une ambiance bon enfant et un 4e mur souvent explosé. Bon, j’avoue que j’ai ctrl toutes les scènes « tranche de vie » avec les membres du harem parce que j’étais là pour faire du RPG avant tout. Et franchement, le harem autour d’Aster n’est pas suffisamment bon pour que je ne relève ne serait-ce qu’un seul nom. Bref, passons à la touche RPG.

Sans titre 1Sans titr 1

Evenicle propose un vaste et bel univers à parcourir. Ses villes sont toutes pareilles et s’explorent à travers un simple menu : auberge, boutique, église, sans oublier la traditionnelle visite à la déesse qui vous permet de passer au niveau suivant (avec striptease à la clé, bien sûr.) C’est pauvre, mais le titre se rattrape en nous faisant voyager à travers une gigantesque map très sympathique qui rappelle celles fraîchement colorées de la saga Tales of avec çà et là des monstres bonus. Les combats sont aléatoires et au tour par tour mais peuvent être accélérés via la touche ctrl. Le système de compétences est bien fichu et si globalement la difficulté n’est pas corsée, il y a suffisamment d’aspects stratégiques qui font qu’on a du plaisir à jouer. Ah, je ne l’ai pas précisé mais il y a quand même des donjons. Pas trop longs et tout ce qu’il y a de plus linéaires, sans aucune énigme à résoudre. Ils posent tout juste les décors de l’action. Et il y a des quêtes annexes avec des CG à la clé, des jolies nanas et des scènes variées. Non censurées grâce aux miracles de la localisation.

Evenicle, c’est vraiment pas un jeu sérieux vous vous en douterez. Pas aussi charismatique qu’un Rance non plus mais avec un plaisir de jeu rarement égalé dans H-RPG. Un sympathique amuse-gueule – qui dure tout de même 40 heures – avant une sortie de Rance Quest chez le même éditeur. Je l’attends de pied ferme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s