Après un marathon Dragon Ball Super

Lors des vacances de Pâques, j’ai relu l’intégral de Dragon Ball dans ma vieille édition double à reliure orange. C’est quand même pas croyable. Relire Dragon Ball, c’est toujours la même routine : on commence par apprécier tranquillement le style unique de Toriyama, l’ambiance gentillette des premiers tomes puis on se laisse emporter par le rythme effréné des événements, on avale les volumes et sans s’apercevoir, on se trouve rendu au magnifique Genkidama final qui écrase le vilain Majin Buu. Tout ça sans qu’on se rende compte qu’il est 4 heures du matin et qu’on vient de relire pour la énième fois une histoire connue depuis la toute petite enfance.

Dragon-Ball-Super.jpg

Et là à 4 heures du matin, j’ai eu comme une étincelle d’idée. Il me semblait bien qu’une série nommée Dragon Ball Super venait de s’achever. J’ai jamais vraiment suivi les dessins animés. Je crois même que la seule série que j’aie suivie régulièrement c’était Dragon Ball GT à l’époque de Récré Kids. Et mine de rien j’avais aimé. Les aventures d’un Goku rajeuni avec la petite Pan et un Trunks adulte à travers l’univers avaient quelque chose de rafraîchissant. Le Super Saiyan 4 était aussi très classe. Bon je me tais car il y a une foule de haters qui vont me hurler dessus dans un moment.

Bon je lance donc Dragon Ball Super. En version originale sous-titrée. Et stupeur, la voix de fille de Goku m’horripile au plus au point. C’est tout simple : je voulais tout arrêter. Faut dire que j’ai grandi avec celle de Patrick Borg en tête. Je fais un tour sur la toile. Et comme je lis que manifestement c’est une hérésie de critiquer la vieille doubleuse, je préfère fermer ma gueule. Oh, je dois dire qu’après 131 épisodes de marathon je n’ai plus trop fait de cas et qu’au fil de la série, la voix se prêtait plus naturellement au personnage que celle plus virile de la VF. Avec le recul, ça donne à la personnalité de Goku et au manga entier d’ailleurs un ton beaucoup plus espiègle. Étonnamment, ça a même changé mon regard sur la série je dirai…

maxresdefault-3« Quoi t’aimes pas ma nouvelle permanente? »

Dragon Ball Super. Je pourrais vous dire que c’est complètement tiré par les cheveux (encore une histoire de cheveux), incohérent avec la série, pompe à frique sur tous les plans. Je pourrais vous dire que j’ai passé un super moment à avaler les épisodes, à revoir les héros de mon enfance, me laissant abrutir devant un déferlement de nekketsu, de fanservice haut en couleurs. C’est selon l’humeur. Dragon Ball Super a montré que Dragon Ball est immortel, qu’il peut revenir à tout moment. Si le spectateur n’a pas le même pincement de cœur que devant les derniers épisodes de Bleach ou Naruto, c’est parce qu’il est pleinement conscient que la Toei et Toriyama peuvent remettre ça n’importe quand. Après le jaune, le rouge, le bleu, le blanc, on pourrait imaginer le vert, le brun et pourquoi pas le cuisse de nymphe émue ?

Les antagonistes étaient aussi supers. A commencer par le dieu de la destruction, Beerus. A la fois mur infranchissable pour Goku et ses compagnons, méchant plein d’autodérision et fin gourmet acariâtre. Et il était bien sympathique avec son look de lapin violet. Si j’étais assez réticent devant la résurrection de Freezer, son traitement dans l’arc final m’a agréablement surpris. Le méchant dans l’arc Trunks du futur était probablement l’un des plus fouillé de la saga. J’ai pas trop aimé le dénouement de l’arc en revanche.

Dragon-ball-super-049-17-beerus-fish-sausage.jpg

Et il y a eu tous ces tournois entre univers. Le 6 et le 7 pour introduire les alter-egos de nos amis dans cet univers jumeau. C’était bien sympathique. Le 9 et le 7 pour mettre l’eau à la bouche de Zeno, le dieu suprême moins enfantin que sa voix et ses jeux ne le laissent paraître. Avant la grande Battle Royale. Le spectateur est littéralement envoyé dans la salle de l’esprit et du temps : les quelques 48 minutes en temps réel ont duré pas moins de 40 épisodes. Moi j’aurais été chercher Trunks dans le futur pour participer à cette bataille royale. Parce que Tenshinhan n’a pas fait grand-chose. Mais franchement, j’ai cru pleurer de joie devant la perf’ de Tortue Géniale, tout est pardonné.

Au final, les magical girls m’ont bien fait marrer, le boss final était balèze mais ses flash-blacks un brin minables. Pas grave, la nouvelle permanente de Goku m’a beaucoup plu, le final a surpris. C’était de la bonne came et j’en reprendrai bien. Au revoir, Goku, à bientôt!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s