Les Ten Commandments et l’œil de Balor

J’aime bien Seven Deadly Sins. J’ai en tout cas trouvé l’anime suffisamment frais pour me procurer le manga publié par Pika qui compte actuellement 18 tomes (avec pas mal de retard sur les sorties au Japon). L’ambiance et les personnages me rappellent un peu l’univers d’Akira Toriyama. Mais tout ça c’était avant que les fameux Ten Commandments ne sortent de leur sommeil pour se poser en antagonistes. Les gentils, ce sont donc les 7 péchés capitaux, ces vices que le bon vieux Thomas d’Aquin avait identifiés. Les méchants, ce sont les dix commandements que Moïse a été chercher sur le mont Sinaï. Pas très catholique comme manga, n’est-ce pas ?

1420500830-1420497039576.jpgLes dix méchants auxquels Dieu le démon a donné un commandement.

Je ne vais pas reprocher à Pika de ne pas avoir traduit ces termes car de toute manière cela reste mal inspiré de la part de l’auteur. Si je crois comprendre que ses Ten Commandments seront adaptés au Décalogue – Galand se veut ainsi chevalier de la vérité, punissant le mensonge comme dans le 9e commandement – ces guerriers, considérés comme les plus puissants parmi le clan du démon viennent un peu comme un cheveu dans la soupe et rappellent que depuis le début on joue sur les révélations incongrues. L’auteur de Kongoh Bancho n’avait sûrement pas tout prévu au départ et s’est dit qu’après les 23 banchô des arrondissements de Tokyo, 10 « commandments » feraient l’affaire pour mener son manga à bon port. Avec une équipe de 7 « deadly sins » grossie par leurs nouveaux alliés, on peut pronostiquer l’ordre des joutes finales.

La plus grande catastrophe de Seven Deadly Sins réside cependant dans cet œil de Balor présenté au début du tome 14. Notre cochon de compagnie préféré, Hawk, possède depuis lors une boucle d’oreille qui lui permet d’estimer la puissance magique, l’attaque et l’énergie de chacun. Du total résultant une force de combat. Et c’est saoulant de voir combien on abuse de cet objet pour évaluer et comparer la puissance des personnages dans les derniers tomes. C’est un peu comme si le lecteur se trouvait projeté dans un RPG où les points de vie, de technique et de magie s’affichent sur l’écran de combat.

balors_power_eye

On est chaque fois un peu gêné d’écouter les théories de Hawk sur la puissance des différents protagonistes. L’œil de Balor possède toutes les apparences d’un artifice grossier facilitant la vie d’un auteur qui visiblement ne savait pas comment montrer autrement les rapports de force entre ses personnages une fois le récit entré dans sa seconde partie. Était-ce vraiment nécessaire pour montrer que les Ten Commandments sont dix fois plus forts que nos héros ? Que la cause des Seven Deadly Sins est quasiment désespérée à moins de passer un entraînement épique et dramatique ? Ne pouvait-on pas plus simplement parler de l’intensité de leur cosmos ou changer leur coupe de cheveu en conséquence ? Ces chiffres sur une planche de manga, c’est presque le quatrième mur qui explose par pure maladresse d’un auteur qui semble complètement perdu…

J’étais content au départ d’acquérir un shônen qui, à défaut d’être original, présentait un univers frais et des personnages plutôt sympathiques. Mais après 18 tomes je suis plutôt déçu. Je me demande même s’il faut vraiment continuer d’investir dans cette patate chaude ou plutôt chercher à m’en débarrasser. J’espère néanmoins que les prochains tomes ne me dégoûteront pas totalement de toute cette histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s