A propos de la fin d’Erased

Erased, c’est sympa, mangez-en. En manga comme en anime. Mais si vous n’avez pas vu la fin de l’anime, faites alt+F4, merci et à la prochaine. Si tout comme moi, vous avez regardé l’anime chez Wakanim et que vous attendez encore la sortie du tome 7 chez Ki-oon – si vous lisez les scans, l’affaire est déjà close – vous aurez certainement remarqué quelques différences entre les deux supports. Et c’est de cela que j’aimerai parler aujourd’hui.

Sans titre 1

Kei Sanbe a toujours eu cette tendance à trouver un concept sympa, accrocheur, mais à le conduire maladroitement à bon port. C’est du moins l’impression que j’ai eue en lisant L’île d’Hozuki. Et malheureusement, c’est un peu ce que je me suis dit en devinant à la fin du tome 5 que Yashiro sensei était le criminel dans l’affaire. La révélation manquait de piquant mais restait parfaitement honnête dans la mesure où il n’était pas vraiment question d’enquêter pour Satoru mais plutôt de protéger les victimes. Le tome 6 présente ensuite un gros plot twist avec ces 15 années de coma. Ajouté aux multiples retours dans le temps et à une amnésie, cela rend la situation bien complexe…

L’anime doit condenser en quelques 12 épisodes les 8 volumes du manga prévus. Les derniers chapitres ont été publiés au Japon. Chez nous, nous n’en sommes qu’au tome 6. Je comprends dès lors que l’anime passe sous silence certaines choses. Toute la partie où Yashiro nous parle de son passé – l’influence que son grand frère a eue sur lui, la scène où il abuse d’une petite fille et le suicide qui s’ensuit – était certainement négligeable. La séquence d’introspection est assez bien gérée dans l’anime en se concentrant sur « Le fil de l’araignée » avec le hamster dans sa cage en toile de fond.

ERASED1.jpg

Je dois mettre ici une image de la véritable héroïne d’Erased qui remportera le prochain tournoi MILF

Je trouve néanmoins que la relation entre Satoru et Yashiro devient un peu trop capillotractée. On savait que les sentiments de l’enfant pour son sensei étaient proches de ceux d’un fils pour son père tellement il avait admiré sa façon de régler la situation familiale de Kayo. C’est d’ailleurs ce mélange d’altruisme et de tares qui font de Yashiro un personnage intéressant. Dans le dernier épisode, l’attachement de ce dernier pour Satoru prend cependant une tournure maladive et difficile à comprendre. Tout se passe un peu comme si le sensei s’entichait de l’enfant car il était le seul à comprendre combien il était tordu… Et les paroles de Satoru dans la voiture qui sert au crime : « Je connais votre avenir » perturbent le professeur au point que le criminel sente un vide en l’absence de sa victime et pousse le cynisme jusqu’à lui faire la barbe durant son long sommeil. Des paroles que l’on ne retrouve pas dans le manga et qui incitent Yashiro à demander des explications durant la dernière scène sur le toit de l’hôpital.

EX0WUVJ
Et là le héros pleure… de frustration… je crois…

D’un autre côté l’anime ne met pas en avant l’aspect qui m’intéresse vraiment dans le manga, c’est-à-dire le fait que Satoru a des connaissances qui ne sont pas celles d’un enfant de 11 ans. Dans l’anime, le jeune homme est surpris de ses propres talents de mangaka mais son entourage ne se soucie pas outre mesure de sa façon de parler et de raisonner. Dans le manga, le médecin émet l’hypothèse que Satoru ait assimilé les lectures de sa mère durant son coma. Difficile au final de comprendre pourquoi Satoru considère dans un élan philosophique ses « années perdues » comme précieuses comme il conserve son vécu jusqu’à 29 ans et qu’il en a désormais 25… Plutôt paradoxal non ?

Ce qui le rattache à ce premier vécu, c’est la jeune livreuse de pizza, Airi. Et ça tombe bien car sur ce point, les dernières pages du manga sont radicalement différentes de la fin de l’épisode 11 de l’anime :

Eh oui, c’est Airi qui donne une raclée aux photographes là où l’anime estime plus logique de faire entrer en scène Yashiro. Cela m’intrigue et me laisse espérer que les 2 tomes qui restent nous offrent un final différent de celui qui a été ficelé en un épisode. Cela exclut d’emblée la jolie scène qui conclut l’anime pour que le héros laisse couler une larmichette. Je n’avais pas trop envie de voir l’anime comme je suivais le manga mais mon visionnage a finalement aiguisé ma curiosité. Début de réponse en juillet avec la sortie du tome 7.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s