Je reviendrai vous voir

Le drame de Fukushima a suscité un bel élan de solidarité auprès des mangakas. Je me souviens à l’époque que je suivais sur twitter la série « Smile for Japan », des portraits que Takehiko Inoue dessinait chaque jour en soutien des victimes. Les mangas post-Fukushima sont nombreux et leur façon d’aborder le drame varie d’un auteur à l’autre. J’avais parlé de Daisy : lycéenne à Fukushima l’année dernière. Un shojo en deux volumes qui témoignait des conséquences de la catastrophe sur la vie de quelques adolescentes. Akata à remis le couvert cette année en publiant un one-shot de George Morikawa. Vous m’avez bien lu, je parle de l’auteur d’Hajime no Ippo qui pour la première fois en vingt années a quitté le monde du ring pour adapter un livre de l’illustrateur Nobumi.

reviendrai-vous-voir

Je reviendrai vous voir raconte l’action bénévole entreprise par Nobumi au lendemain du séisme de magnitude 9 qui a frappé la côte de Sendai. Il commence par essuyer une véritable gifle en lisant sur Internet toutes les critiques formulées à l’égard de son action qui consistait à rassembler des livres pour les enfants sans abris. A quoi peuvent bien leur servir ces tas de papiers quand ils ont besoin de nourriture et vivent dans des conditions précaires ? Il décide alors de partir quelques jours sur les lieux au sein d’un groupe de bénévoles afin de mesurer l’étendue des dégâts de ses propres yeux.

La question au centre de l’œuvre : comment parler de Fukushima sans passer pour un sale opportuniste ? Y a-t-il quelque chose derrière tant d’altruisme ? D’emblée Nobumi se demande s’il n’a pas lancé son action « des livres pour les enfants en détresse » afin de se mettre en avant. C’est là-dessus que les haters de la toile le poussent à s’interroger. Il décide alors de partir sur les lieux pour aider concrètement ces gens et redonner un sourire aux enfants. Sa vision de l’action bénévole se heurte cependant à une rude réalité. Leur présence n’est pas toujours appréciée, certains les prenant même pour des voyeurs, et leur efficacité reste minime.
je-reviendrai-vous-voir_3 (1)

En fermant le livre on peut se demander finalement à quoi ont bien pu servir les cinq journées passées par Nobumi et ses compagnons sur les lieux du drame. Ont-ils été vraiment utiles ? Leur action n’a-t-elle pas uniquement servi à leur donner bonne conscience ? Et, point qui n’est jamais mentionné tout au long de l’œuvre, valait-il la peine de risquer sa santé pour si peu ? On aimerait croire que les sourires des enfants et la reconnaissance de quelques rares péquenauds soient une réponse affirmative. Qu’ils ont tous pu offrir une partie de soi aux victimes du sinistre. On pourrait redouter que ces rails de chemin de fer coupés dans le vide après tant d’efforts passés à les dégager ne montrent combien l’homme est petit et impuissant face aux grandes catastrophes.

Finalement, j’aimerais saluer le travail de George Morikawa qui a rassemblé une dizaine de mangakas pour participer à ce one-shot l’espace de quelques cases. Vous reconnaîtrez ainsi quelques frimousses bien connues made by Ken Akamatsu et un type qui semble tout droit sorti de Kaiji. Je reviendrai vous voir est un titre vraiment bien foutu qui, à défaut de me toucher, m’a fait réfléchir sur le travail des bénévoles. Et quand George Morikawa témoigne dans la postface qu’un rescapé souhaitait qu’on arrête d’en parler, je ne peux m’empêcher de revenir à cette idée dérangeante que les œuvres post-Fukushima soient jugées opportunistes. Et de conclure qu’il vaudrait mieux tourner la page. Ne serait-ce que pour ne pas retourner le couteau dans la plaie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s