Pieta : un shōjo-ai paré de mysticisme

Pour continuer dans les projets de Lililicious, j’aimerai parler cette fois brièvement d’un shojo-ai au style totalement différent de ceux que j’ai présentés auparavant : Pieta, un josei d’Haruno Nanae publié la première fois chez Shueisha en 1999 et comptant deux volumes.

Des bribes de cauchemar dont on ressent toute l’affreuse intensité.

Les premières planches nous dévoilent une partie du cauchemar de Rio qui revit un chapitre douloureux de son enfance. Impossible de trop savoir ce qu’il se passe mais il semble qu’elle a essayé de s’ouvrir les veines du poignet et sa belle mère l’accuse d’avoir voulu tuer son enfant. Elle revit ensuite son entrée à l’hôpital psychiatrique et les crises qui ont succédé.

On sort de ce cauchemar définitivement conquis par l’ambiance très sombre de Pieta et par la gravité des thèmes abordés. Rio est mystérieusement attachée à Sahoko, une jeune fille qui fréquente la même école et qui semble aussi avoir des difficultés familiales comme elle vit chez sa tante. La rencontre entre ces deux personnages au passé et au comportement troubles est-elle un signe de la providence, sauront-elles combler le vide présent en chacune d’elles ?

Pieta est une œuvre atypique non seulement grâce à son propos noir et sérieux mais aussi grâce à la touche artistique dont elle se pare. On constate dès les premières planches que l’auteur possède un style très facilement reconnaissable. Il dessine ses personnage d’un trait sobre et épuré : si leur profil semble assez rigide d’un premier abord, leurs regards sont très finement esquissés et toujours très expressifs. C’est surtout la discrétion des trames dans certains plans et le crayonné assez fin et gris qui frappe le lecteur et contribue à donner à l’œuvre une tonalité sombre et cérémonieuse : tout se pare d’une sobriété quasi mystique.

Sahoko est une jeune femme très forte qui parvient à comprendre le comportement de Rio mieux que personne.

J’énumère rapidement les enjeux de l’œuvre : dénoncer l’enfance tourmentée de ceux qui sont victime de l’égoïsme et de la méprise des adultes, scruter les éléments de la personnalité qui peuvent pousser l’être à vouloir renoncer à l’existence. Si le premier volume s’intéresse essentiellement à la relation entre les deux jeunes femmes, le second s’attache beaucoup au psychiatre qui suit Rio. Il avance des réflexions sur l’être humain et les fondements de son identité, parfois complexes et étriquées, souvent éclairantes à propos des troubles qu’elle endure et des remèdes qui peuvent l’aider à s’en sortir. Des réflexions toujours accompagnées d’un lourd sentiment de culpabilité et d’une remise en question de l’appareil psychiatrique comme le docteur, sincèrement attaché à la jeune femme, a toujours peur de la considérer plus comme l’objet d’une expérience thérapeutique que comme une personne qu’il désire vraiment aider.

L’intérêt de l’œuvre réside surtout en l’amalgame qui se crée entre Rio et Sahoko et on s’interroge par moment sur la relation qui se noue entre les deux personnages. Est-ce un amour véritable (l’œuvre est classée « shojo-ai ») qui les rassemble, une simple camaraderie, une attirance réciproque, la recherche de l’âme sœur, de celle qui sera à même de la comprendre, d’un soutien mutuel, ou leur lien se trouve-t-il teinté d’un mysticisme semblable à celui qui rattache la Vierge Marie à son enfant Jésus-Christ sur la fameuse sculpture de Michel-Ange ?

Des références aux fameuses icônes de la chrétienté de la Renaissance.

Pieta est une œuvre à lire car elle traite avec style des thèmes lourds en conséquences pour l’être humain. Le lecteur pourrait être déçu s’il s’attend à une romance de type « amour fusionnel » car l’intrigue ne se veut pas romantique et manque finalement d’intensité dramatique. Mais il restera sans aucun doute touché par le destin de deux jeunes femmes blessées au plus profond de leur être.

3 réflexions au sujet de « Pieta : un shōjo-ai paré de mysticisme »

  1. Bonjour :). Je suis tombée sur votre blog en passant par celui de Plumy et je dois dire que je trouve vos sujets d’articles très intéressants (bien que pour l’instant je n’aie pu que les survoler). J’ai d’ailleurs très hâte de prendre le temps de me plonger dans l’article que vous avez consacré aux cartes dans les rpgs.

    J’aime beaucoup Pieta donc cela me fait très plaisir d’en entendre parler sur un blog francophone. Je l’ai lu après avoir dévoré et adoré les 3 volumes de Papa Told me sortis en France -que dommage que nous n’ayons le droit qu’à une édition condensée, bien que je comprenne ce choix éditorial- . J’ai retrouvé dans Pieta tout ce que j’avais particulièrement aimé dans Papa Told me : un trait sensible et « juste », une mise en page qui me « parle » souvent beaucoup, des réflexions très intéressantes et surtout un regard sur le monde enrichissant. Mais Ce ce qui est propre à Pieta et que j’ai particulièrement aimé, c’est cette relation qui, comme vous le soulignez (et les personnages eux-mêmes le font) est difficile à qualifié mais c’est ce qui la rend si touchante et profonde à mon sens.

    Bref, je rejoins assez votre avis et pense que cette oeuvre vaut vraiment la peine qu’on s’y attarde.

  2. Bonjour, merci beaucoup pour ce commentaire. Je suis content de voir que quelqu’un ayant lu Pieta passe dans le coin car je n’ai apparemment pas réussi à convaincre grand monde quand j’ai rédigé ce billet. Pourtant j’en garde encore un excellent souvenir, une vraie perle. Je ne connaissais pas l’œuvre dont vous parlez. Kana semble en effet avoir sélectionné une anthologie d’historiettes au lieu de publier les 27 volumes. Ils sont encore assez frais pour que je puisse me commander un exemplaire =)

  3. J’ai également fait une note sur cette auteure sur mon blog (privé) et je n’ai réussi à pousser qu’une personne à lire Pieta (ou du moins, une seule s’est manifesté…). C’est bien dommage.

    Je vous conseille cette oeuvre si vous avez aimé Pieta. Elle n’a pas l’air d’avoir fait beaucoup parlé d’elle mais elle vaut vraiment le coup. J’espère que ça vous plaira :D!

    J’aime beaucoup de série dont vous parlez donc je pense partager certains de vos goûts et suivrai attentivement vos prochaines mises à jour :).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s