A propos des nouvelles séries

Attention, ce billet compte plus de 24’000 caractères et est dépourvu de la moindre illustration. J’ai aussi la flemme de placer des liens alors du coup certaines références restent obscures. C’est d’une sobriété académique parfaitement assumée alors vous pouvez toujours essayer de lire si vous voulez mais c’est à vos risques et périls.

J’aimerai développer dans ce billet un problème qui m’a toujours accompagné depuis que je rédige des billets sur le net. Comment aborder les nouvelles séries, celles qui sont diffusées en ce moment sur les chaînes au Japon en tant que spectateur assidu et en tant que rédacteur? Cette question, très souvent débattue dans la blogosphère, ne peut pas donner lieu à une réponse unanime : chacun le fait à sa manière. J’aimerai cependant poser ma manière de voir la chose afin de justifier les longues galères que j’ai endurées avant de me rabattre sur les critiques que j’ai rédigées ces dernières semaines. Comme c’est long et que je pose pas mal de questions, procédons par étapes. (Les éléments du sommaire fonctionnent comme des ancres mais ces repères ne sont pas utilisables sur l’accueil.)

  1. Pourquoi parler des nouvelles séries quand l’animation touche le fond?
  2. Comment sélectionner les séries les plus susceptibles de nous intéresser?
  3. A quel moment est-il préférable de voir les nouvelles séries ?
  4. Quelles sont les différentes façons de partager ses impressions?

1. >> Je ne suis pas très chaud à l’idée d’aborder le premier point mais j’ai le sentiment quelque part qu’il le faut bien. Mon propos est purement ironique et reflète simplement une tendance appréciative que je lis assez souvent sur les forums et autres blogs. On reproche à la japanim’ de ne plus se mouiller dans des projets originaux (quand on voit comment Anime no Chikara se casse les dents là-dessus, on comprend un peu), de surfer un peu trop sur la vague des adaptations de séries ecchi ou moe. Je n’infirmerai pas ces reproches mais objectivement, je constate surtout une impressionnante augmentation des productions saisonnières ces dernières années et du coup il faut savoir trier le grain de l’ivraie. Je n’irai néanmoins jamais jusqu’à dire que la quantité l’a emporté sur la qualité car des séries de qualité, il en sort toujours autant sinon plus qu’il y a quinze ans.

Je pose aussi la question dans le sens où, étant nombreux sur la toile à disserter sur les séries du moment, y-a-t-il encore intérêt à en rajouter une couche? Je me souviens que Pazu avait filtré les billets donnant une impression sur les premiers épisodes à mon arrivée sur Sama, histoire d’éviter une trop forte « duplication du contenu » sur l’agrégateur. On est nombreux à parler des nouveaux animes, au point où certains se lassent un peu de voir des billets traitant des mêmes sujets. Inutile de rappeler les plaintes qu’ont provoqué les multiples aperçus de SoRaNoWoTo l’hiver dernier. En effet, on aura beau lire une dizaine d’avis différents sur une série, cela ne changera en rien notre approche et notre impression générale. Mais si les rédacteurs ont quelque chose à dire et qu’ils prennent plaisir à le faire, autant les laisser parler, d’autant plus qu’on a eu à l’époque des retours d’un blog à l’autre comme rarement.

On regrette souvent que les billets se risquant à aborder de manière approfondie ou originale des séries plus anciennes se font rares et que certains joyaux tels que Kodomo no Omocha (pour citer un exemple lu il y a quelque temps) sont condamnés à rester tapis sous les décombres, attendant le bon vouloir des valeureux archéologues du futur. C’est un fait : on « préfère » parler des séries en vogue. Je mets les guillemets car au fond, est-ce vraiment un choix? Est-ce seulement pour être dans le trip du moment? Personnellement, je me vois très mal dépoussiérer une série vue il y a des années en arrière pour le bon plaisir de donner à mon blog un contenu original, de parler de ce dont personne n’aurait jamais encore parlé. Si une relique mérite vraiment d’être exposée (et préalablement revue) et qu’il y a une bonne dose de passion derrière mon propos, peut-être, mais sinon je préfère m’abstenir. Il ne faut pas que l’activité de blogueur prenne le dessus sur le plaisir de voir ce dont on a envie selon l’humeur. Vous le verrez, ces deux derniers éléments sont sans cesse en train de se tirailler en ce qui me concerne.

On parle donc des séries qu’on vient de regarder, pour le plaisir de livrer des impressions à chaud, sans aucune couche de poussière. Plus encore, les nouvelles sorties sont l’occasion unique où plusieurs personnes voient le même anime au même moment. Ils seront donc en position de livrer et confronter des impressions autrement plus fraiches, évitant les sempiternels « j’avais aimé à l’époque, mais je me souviens plus de quoi ça parlait » ou encore « nostalgie, quand tu nous tiens ». Je doute par exemple qu’il se trouve quelqu’un qui lise ses lignes et puisse échanger des réactions à chaud concernant Key The Metal Idol. Les nouvelles sorties sont en quelque sorte le moment ou jamais de partager au sein d’un forum ou d’un blog à l’autre des réactions plus spontanées que nostalgiques.

J’en conclus donc que si parler des nouvelles séries au sein d’un blog traitant de japanim’ n’est pas une nécessité absolue (certains abordent avec classe et réflexion des séries d’époque, justifiant pleinement leur mise en avant par le contenu de leur propos, d’autres orientent leur ligne éditoriale vers l’actualité mais là n’est plus la question), cela me semble néanmoins incontournable dans certains cas. Ayant aujourd’hui fait table rase sur mon retard en matière de séries à voir (peut-être pas définitivement, certes) après avoir parcouru durant des années les différents sites, bases de données et autres blogs spécialisés en dépoussiérage, je me vois mal aujourd’hui partager autrement ma passion pour les animes.

2. >> La seconde question est déjà bien plus intéressante à aborder. Encore une fois, il ne s’agit pas de recommander une méthode : j’explique simplement ma façon de faire. A la longue, je me suis rendu compte que je délaissais totalement les focus d’Anime-Days fruits d’un important travail de recherche et de traduction et premiers véritables aperçus des séries à venir sur un site d’otakus francophone. L’ennui pour moi, c’est que passé le trailer, le synopsis et la présentation générale du projet, on se noie dans un paquet de noms certes parfois prometteurs sur la qualité de la série mais dont l’énumération et le curriculum sont d’un moindre intérêt pour ceux qui ne cherchent pas systématiquement à voir ce qui ce cache derrière un projet. En principe, ce n’est qu’après avoir vu quelques épisodes que ma curiosité me pousse à jeter un coup d’œil au profil des membres du staff et à leurs antécédents sur une simple et quelconque base de données pour confirmer parfois un sentiment de déjà-vu derrière tel ou tel style.

Ma méthode est bien plus grossière car en réalité, c’est un simple processus d’appréciations personnelles qui est mis en marche, souvent tranchant et peu élégant à l’égard de certaines œuvres. Le premier contact que j’ai avec les nouvelles séries est le menu à la carte très intuitif que le désormais fameux chartfag nous offre au début de chaque nouvelle saison. Mon réflexe après lecture de la charte de cet été est d’écarter d’emblée les séries à rallonge dont les précédentes saisons ne m’ont pas intéressé (Sekirei, Strike Witch, Kuroshitsuji, Digimon, Sengoku Basara), celles qui semblent réservées aux tranches d’horaires pour les plus jeunes (Stitch, MonHun Nikki) ou celles dont l’œuvre originale m’a diablement déplu (Highschool of the Deads). Même si l’auteur de la charte affirme qu’une image et un résumé ne suffisent pas à juger d’une série, il y a des moments où on peut laisser parler l’instinct.

Ensuite, j’ai pour habitude d’observer les notes mises par les quelques utilisateurs de MyAnimeList qui suivent la série et se sont empressés de lui coller une note pour leur liste. Le procédé n’est pas vraiment mauvais pour les séries récentes mais il faut attendre quatre ou cinq semaines pour des premiers résultats pertinents. Je pense que le produit des appréciations de milliers d’utilisateurs qui tiennent à noter tout ce qui leur passe sur la main offre des résultats déjà autrement plus intéressants que les votes binaires sur Animeka. Cela peut servir de baromètre sur la popularité mais c’est à prendre avec des pincettes et il faut avoir un certain barème à l’esprit. Dans mon esprit, j’interprète généralement ainsi les moyennes de ce site : note inférieure à 7 = irrécupérable, entre 7 et 7.5 = qualité douteuse ou incomprise, entre 7.5 et 8 = à tenir à l’œil ou essayer, supérieure à 8 = à voir sauf cas de force majeur. Voyons un peu quelques exemples. Le score de Shukufuku no Campanella, irrémédiablement recalé (et Tono to Issho par la même occasion), est de 6.6 pour plus de 1’300 votes. Celui de Highschool of the Deads, qui semble être le grand succès de cet été, est de 8.3 pour plus de 7’00o votes. Et là, je constate à nouveau combien on peut être surpris en se fixant sur ce système de notation car parfois les goûts du peuple peuvent être diablement incompatibles avec les miens.

Ma prochaine étape : consulter les aperçus disponibles sur la plateforme Youtube (en tapant « trailer » + « titre » généralement ça le fait ou alors en attendant que J-Truc fasse le référencent pour vous). Là encore, je dois me méfier car ces vidéos se veulent racoleuses au possible et si on a un aperçu du style, on est encore loin de voir la qualité réelle du titre. Ça me permet d’écarter à ce moment les fantasy peu originales (The Legend of the Legendary Heroes, Nurarihyon no Mago), les sucreries visiblement mal fichues (Asobi ni Iku Yo!) ou encore celles qui font peur (Osaka Hamlet). Durant ces visionnages, ce sont par exemple mes préférences marquées pour les tranches de vie scolaires et demoiselles dégénérées sur les chambaras et séries traitant d’arts martiaux qui prévalent ou d’autres appréciations dans le genre.

On se retrouve maintenant avec une charte qui s’est déjà fait sacrément couper les cheveux en quatre. Mais il reste pas mal de nominés et il est difficile de trancher définitivement quand la saison est toujours en cours. En attendant, je laisse mes collègues blogueurs guider un peu mon choix. Pour l’instant, NiKi a livré d’intéressantes impressions sur le premier épisode de deux séries : Highschool of the Deads et Amagami SS. Il y a aussi des fous qui se font un devoir de goûter à tout pour livrer leurs impressions de début de saison : c’est le cas de Pazu (big boss de Sama) et d’Exelen qui n’a cette fois-ci pas manqué son rendez-vous (car elle l’a eu fait, la vile.) Je me rends compte alors que Cat Shit One pourrait ne pas dépasser le format d’OAV. Mais aussi que Seitokai Yakuindomo a l’unanimité contre elle. Ça fait encore deux séries quasiment au tapis. J’attends encore que mes anciens collègues d’AK mettent la main à la pâte à la mi-saison et que les premières impressions commencent un peu à venir grossir la toile. Restent donc pour le moment cinq séries potentielles (Shiki, Amagami SS, Mitsudomoe,  Seikimatsu Occult Gakuin et Ookami-san) mais je garde toujours à l’esprit qu’un repêchage n’est jamais impossible : ça dépendra des échos futurs. Et je les regarderai quand, ces séries?

3. >> C’est certainement LA question qui m’a le plus longtemps torturé l’esprit. En fait, il y a je dirai, quatre différentes façons de suivre une saison. J’en oublie peut-être mais commençons par les énumérer avant de peser les avantages et inconvénients de chacun. Notez bien que dans MA pensée, la façon de voir une série est souvent directement liée à mes intentions de rédacteurs.

  • Suivre chaque semaine les nouveaux épisodes.
  • Déguster et laisser au frais avant de voir le tout à la fin.
  • Prendre le navire en chemin et l’accompagner.
  • Regarder la série entière une fois la saison achevée.

Dans l’ordre, la première option est certainement la plus répandue. La plupart des fans suivent le plus régulièrement possible les séries qui les intéressent. Ceux qui maîtrisent un tantinet la langue de l’oncle Sam sont servis par un paquet de teams de fansub 24 heures ou moins après la diffusion d’un épisode sur les chaînes japonaises. Ceux qui préfèrent le confort d’une VOSTFR voient leur rythme de visionnage régulé par le bon vouloir des teams francophones. Comme les fans veulent suivre  leur série préférée en même temps que leurs amis nippons, les éditeurs ont d’ailleurs cru trouver bon de se lancer dans du « simulcast ». Mais quand je vois que Durarara!! n’est pas encore fini… Souvent, c’est une question de tentation : certains sont tellement pris par le spectacle qu’ils attendent frénétiquement chaque nouvelle sortie et en viennent à fréquenter maladivement les sites de distribution. Souvent, les forumers en font une sorte de course à celui qui sera le premier à pouvoir hurler ses impressions à la vue des évènements épiques du dernier épisode. C’est d’ailleurs derrière cet aspect que réside le principal d’intérêt de ce genre de visionnage : il permet de discuter au fur et à mesure du suivi d’une série au sein d’une plateforme communautaire, de confronter ses avis, ses attentes pour la suite, etc. Mais le procédé a parfois un certain désavantage : les plus pressés résistent difficilement à se jeter sur les releases des teams se satisfaisant d’un speedsub bâclé pour s’assurer la plus grande distribution. Personnellement, j’ai toujours éprouvé de la peine à m’imprégner de l’ambiance d’une série, à bien comprendre l’intrigue parfois décousue de certains scénarios ou tout simplement à retenir les noms des personnages (ils ont parfois tous la même tête) en suivant cinq ou six séries hebdomadairement et simultanément. Je devais un peu me faire violence pour tenir le rythme quand je tenais une chronique sur AK et c’est pour cela que j’ai vite abandonné celle que j’ai entreprise en ce début d’année. Ajoutons que le procédé a ses risques : on tombe sur pas mal de spectacles qu’une sélection plus éclairée nous aurait épargnés. Suivre une série hebdomadairement reste un moyen de s’imposer efficacement un rythme restreint et de partager de manière spontanée avec des gens qui suivent les nouvelles sorties de la même manière. Mais en ce qui me concerne, c’était sacrifier en partie mon plaisir de visionnage au besoin de partager mes impressions au bon moment.

La seconde option semble particulièrement privilégiée par ceux qui désirent à tout prix voir par eux-mêmes ce que vaut une série. C’est le cas de blogueurs susmentionnés qui ont l’habitude des impressions de début de saison. Bien sûr, ils ne commettront pas l’absurdité de tout suivre mais laisseront tomber certaines séries et réserveront d’autres pour plus tard. C’est aussi le cas de ceux qui désirent livrer des premières impressions (voir pt. 4) mais pas forcément suivre régulièrement une série jusqu’au bout. Sur AK, on s’était rendu c0mpte qu’il valait mieux ne pas aller plus loin que le quart d’une série (entre quatre et six épisodes donc) avant de présenter le projet et de poser un premier verdict, histoire d’éviter de sombrer dans le résumé, le spoiler, les répétitions, etc. C’est un peu comme ça que j’ai expérimenté cette manière de suivre les nouvelles séries. Certains ont parfois envie de goûter à quelques nouveautés mais abandonnent car le rythme ne leur convient pas. Le nain chiant avec ce genre de méthode, c’est le laps de temps qui s’écoule entre les mises en bouche et l’instant où l’on décide de voir une série une fois pour toute : souvent on a du mal à se souvenir précisément des faits trois-quatre mois après et on est du coup tenté ou obligé de revoir les quelques épisodes vus avant de poursuivre l’aventure ou alors jeter un coup d’œil sur une chronique. Ce décalage peut donner lieu à une expérience assez spéciale selon la série que l’on regarde et encore une fois, il ne faut pas avoir peur de l’inconnu et des mauvaises surprises. Cette méthode hybride en deux temps est donc à réserver aux plus curieux et aux reporters irréductibles.

La troisième option est aussi souvent appliquée. Elle serait à mon avis la plus judicieuse pour ceux qui désirent être un minimum dans le vent tout en choisissant assez rigoureusement ce qu’ils veulent voir étant donné qu’ils ont en l’occurrence un temps de réflexion pour lire les premiers échos disponibles sur la toile. Mais à l’instar de ceux qui pratiquent une des options citées ci-dessus, ils se rabattront la plupart du temps sur n’importe quelle version fansub pour voir au plus vite comment l’intrigue trouve son dénouement. Comparée à la précédente, la méthode a néanmoins l’avantage évident d’assurer un suivi continu et d’ainsi ne pas perdre définitivement de vue le fil de la trame. Par rapport à la première, elle a le mérite de concentrer un peu la durée durant laquelle on suit une série (passer de 24 à 12 semaines sur lesquelles on répartit un visionnage peut déjà s’avérer salvateur pour les têtes de linottes qui retiennent déjà difficilement la matière de l’examen du lendemain ). J’avoue personnellement ne pas avoir essayé ce genre de méthode depuis bien longtemps. C’est peut-être arrivé mais je me dis arrivé à un certain point qu’il ne sert à rien de prendre le bateau en marche alors que tout sera bientôt terminé. Je n’aurai alors plus qu’à regarder mes épisodes à ma guise, sans devoir résister à la fiévreuse tentation des speedsubs maladroits quand un cliffhanger de fou met la tension à son comble. Sans compter que pour certaines séries telles que Bakemonogatari, il aura fallu attendre une année pour voir le mot de la fin alors que je n’étais plus vraiment dans l’ambiance.

Inutile de préciser que je suis au final un fervent partisan de la dernière option. Mes intentions de rédacteurs me poussent néanmoins à ne pas trop tarder à voir les animes de la saison  écoulée alors que d’autres pourraient attendre les prochaines vacances ou une période de disette aigüe. J’ai parfois quelques regrets en voyant comment certains s’y prennent à cœur de joie pour présenter les nouvelles sorties mais attendre la diffusion du dernier épisode de la saison avant d’enchaîner les animes sélectionnées n’est pas exempt d’avantages. Déjà, on est alors pleinement conscient de la qualité d’une série car les premières critiques de fin de saison pointent le bout du nez. Ensuite on peut apprécier la série en enchaînant les épisodes au cas où la tension serait insoutenable ou alors prévoir un rythme bien plus adapté en fonction de l’anime suivi. On n’est plus tenté non plus de se rabattre sur du speedsub et on peut privilégier le travail des teams de passionnés qui ont pris le projet en cours de route et adopté un rythme de croisière sans que la qualité ait à en pâtir, facilement repérables sur MyAnimeList. Au niveau du blogging, je suis condamné à ne pas parler des séries dans le feu de l’action. Pour beaucoup, une fois la saison achevée, une série est une relique à déposer dans les catacombes du patrimoine. On ne tient pas à y revenir. D’un point de vue du référencement sur Google et de la participation au sein des commentaires, il faut me résoudre à l’inévitable. En revanche, je suis d’avis que les critiques de fin de saison ont des avantages par rapport aux présentations des saisons en cours. Ces dernières me semblent souvent strictement réservées à une discussion spontanée et n’ont plus le même intérêt une fois la série terminée comme les attentes qui sont posées se trouvent désormais confirmées ou infirmées et qu’il n’y a dès lors plus vraiment débat. Ce n’est pas le cas des critiques qui s’adressent à toute personne ayant vu une série et voulant confronter son avis ou une autre hésitant encore à se lancer dans l’aventure : ces textes peuvent être lus et le dialogue peut être déclenché à n’importe quel moment.  Tout ça nous amène au dernier point de mon sujet.

4. >> Il y a bien des façons d’aborder une série TV en cours au sein d’un blog. Tellement que je doute très fort de ma capacité à toutes les énumérer : focus sur les éléments du staff, gros plan sur un personnage, scandale autour de la diffusion, regard sur l’œuvre originale, réflexion sur la thématique, mises en exergue d’éléments artistiques, comparaison d’une œuvre à l’autre, etc. Comme le réflexe le plus courant est de présenter ses impressions et que je ne vais personnellement que rarement au-delà de cet effort (oui, c’est un reproche), je citerai en la matière quatre principaux types de publications :

  • Les chroniques d’épisodes
  • Les revues saisonnières
  • Les rapports de matage
  • Les premiers contacts
  • Les critiques finales

Commençons par le procédé le plus critiqué sur la toile : la méthode qui consiste à tenir une « chronique d’épisodes » ou autre viewing journal. Beaucoup dénoncent aveuglément ces textes en les réduisant à l’état de simples « résumés ». Accorder un billet à chaque nouvel épisode, c’est peut-être un choix qui découle de la facilité. Certains cèdent en effet à la tentation du résumé, d’autres le font même à la minute près, beaucoup actuellement balancent sans autre les épisodes simulcastés par les éditeurs : c’est propre, c’est légal, promotionnel, et ça fait du hit. Sur ce point j’avoue que l’effet est garanti et j’ai pu le constater en début d’année quand je déroulais mes chroniques sur Durarara!!, SoRaNoWoTo et autres : j’obtenais sur un blog tout jeune facilement une trentaine de visites de Google par billet provenant manifestement de quelques désespérés cherchant à trouver les épisodes tel et tel de telle série. Inutile de préciser qu’ils sont partis déçus et sans l’ouvrir. J’avais essayé une méthode très simple : une image assez marquante ou représentative, un commentaire en six ou sept lignes soulignant une réflexion qui m’est venue en regardant l’épisode et une note sur cinq étoiles. J’ai laissé tombé pour les raisons susmentionnées : je ne pouvais plus supporter le visionnage hebdomadaire et j’avoue que plus on avance dans une série, plus les redites deviennent difficilement évitables. Le « viewing journal » méthodique est une erreur. L’idée n’est pas mauvaise en soi mais il faudrait se concentrer sur les épisodes inspirant début d’analyse, débat ou troll. En l’occurrence, un focus sur un premier épisode est toujours intéressant, d’autant plus qu’il sera susceptible d’intéresser bien plus de personne qu’une analyse poussée d’un épisode x réservant un risque de spoiler élevé.

Une autre méthode bien moins décriée et plus répandue serait celle des « revues saisonnières ». Je disais précédemment que le premier épisode était le plus sujet à discussions. Certains en sont conscients et proposent donc des billets énumérant une série d’impressions à propos du premier ou des deux premiers épisodes de chaque nouvelle série. J’ignore s’ils regardent méthodiquement tous les premiers épisodes pour publier un avis ou s’ils se font un devoir de donner sa chance à chaque série. En d’autres mots, je ne sais pas si la volonté du rédacteur prend le dessus sur le plaisir de regarder tous ces épisodes car le labeur me semble un tantinet masochiste et j’en connais qui ont essayé mais vite abandonné. Reste néanmoins un dur labeur là-derrière. A l’époque où je contribuais à ce genre de pavé sur AK, on se contentait de prendre la température en voyant le trailer et de poser quelques attentes. Ça semble déjà plus humain que d’avaler entre vingt et trente épisodes en une semaine même si ça demandait de ne pas trop s’avancer sur la qualité de la série. Ces billets sont donc d’un tout premier intérêt mais il faudrait éviter de se limiter au synopsis et au studio derrière le projet car sur ce point, la charte susmentionnée satisfait déjà pleinement le coup d’œil du lurker furtif.

Petite mise à jour : j’oubliais les « rapports de matage », très en vogue aussi sur la blogosphère. Ça consiste à énumérer des ensembles d’épisodes vus de différentes séries et d’en donner une impression concise (du genre Amagami SS 1-4 : blablabla…). Souvent on retrouve des séries plus anciennes aux côtés des nouvelles, ce qui montre que l’auteur a tendance à suivre un bon paquet d’animes simultanément. Ces derniers s’y trouvent alors découpés en tranches appréciées de différentes manières : on peut donc voir si une série gagne en qualité ou si la sauce ne prend plus. Ce qui est surtout appréciable, c’est de pouvoir lire ou survoler un ensemble d’impressions concises au sein d’un seul billet et de s’arrêter sur celles qui nous intéressent. Cela représente une solution de facilité pour les animevores qui ne désirent pas présenter plus en détail ce qu’ils regardent mais ce genre de billet reste moins repérable sur la toile et se rapproche quelque peu d’une chronique. J’utilise moi-même des billets « en vrac » pour livrer des impressions finales en quelques lignes quand je n’ai pas le courage de développer mon propos ou que ça n’en vaut pas la peine.

On passe ensuite aux fameuses « premiers contacts », les plus fréquentes certainement sur la toile. Passé un certain stade, à savoir entre quatre et six épisodes selon la série traitée, elles consistent à revenir sur les éléments clés du projet, développer certains points de la trame, poser quelques premières critiques et formuler quelques questions ou autres attentes concernant la suite.  C’est du moins le cas pour la plupart; certains tentent de faire preuve d’un peu plus d’originalité plaçant un bon troll ou en trafiquant quelques visuels. Je reste néanmoins convaincu que de pousser une analyse thématique à l’extrême à ce stade-là comme l’ont fait certains n’est pas judicieux : ce genre d’effort reste exceptionnel, bien sûr, mais aurait infiniment plus de valeur et de pertinence si son auteur pouvait considérer la série dans son ensemble et trouver ainsi beaucoup plus de matière à son propos. Le problème avec ce genre de billet, je l’ai déjà mentionné : c’est qu’à long terme on risque de voir rappliquer des gens qui se demanderont quel intérêt peut avoir cette approche des premiers épisodes. Personnellement, j’adhère beaucoup à ce principe même si je ne peux plus me permettre de rédiger ce genre de billet trop incompatible avec ma façon de voir les séries (cf. point 3). Si on réfléchit bien, ces articles ne sont à la réflexion pas très éloigné de la critique finale : calqué sur la définition que j’en donne, il s’agirait même d’une critique qui serait juste inachevée. Au lieu de reprendre toute la réflexion, on serait tenté des mois plus tard d’ajouter un « et c’était bien jusqu’à la fin » pour compléter le tout. J’ai par exemple regretté l’été dernier de ne plus avoir la possibilité d’écrire un avis final sur Tokyo Magnitude ou Aoi Hana comme je n’aurais pu éviter des redites et je n’avais du coup plus vraiment l’envie de publier encore un billet sur le sujet. Mais ce n’est pas forcément toujours le cas notez : parfois je rédige une impression positive d’un anime que j’ai fini par détester et du coup ce billet n’a  pour moi plus aucune valeur mais souvent je n’ai pas pour autant la volonté de revenir sur la série (c’était le cas d’Umineko).

C’est ce sentiment d’inachevé qui me pousse à préférer les « critiques finales » pour aborder les nouvelles séries, pleinement compatibles avec ma façon de regarder les animes de surcroit. A ce moment, on voit sa marge de manœuvre sérieusement accrue comme on vient d’explorer une aventure dans sa totalité et que le regard embrasse l’ensemble de l’œuvre. En revanche, les critiques sont moins ouvertes au débat et à la participation comme elles ne posent plus d’attente et sont postées à un moment où beaucoup ont déjà tourné la page (je l’ai déjà fait remarquer plus haut). En ce qui concerne la substance de ces critiques, certains font une fixation sur une structure synopsis – personnages – intérêt du récit – aspects techniques – bande sonore. A mon avis, elles peuvent prendre bien d’autres aspects que ceux qui procèdent de la simple argumentation en laissant libre cours aux impressions spontanées et concises. On pourrait même faire une revue de la saison. Sans trop essayer d’être original, j’essaie de mettre en évidence la couleur qu’a pris pour moi un anime, qu’elle soit hybride, subversive, exotique, énigmatique ou artistique.  C’est une sorte de soulagement de revenir à ce type de rédaction : n’avais-je pas à l’origine créé ce blog pour tirer mes critiques de la mêlée insondable qui tend parfois à s’agglutiner sur une base de donnée?

Je conclus ainsi cette petite réflexion sur le blogging, l’otaku, les nouveaux animes. Je ne sais pas si vous avez pu en tirer quelque chose mais résumons-nous. Je parle des nouveaux animes car l’animation japonaise en vaut plus que jamais la peine : voyez  un peu la qualité du printemps 2010 (ok vous allez me dire que l’été pue un peu). Je profite des quelques retours publiés par mes collègues blogueurs pour guider mon choix et j’attends tout juste la fin de chaque saison pour voir mes séries fétiches en toute connaissance de cause et avec plus de commodité. Ensuite je peut laisser place à mon petit hobby en rédigeant des critiques à chaud pour livrer une impression définitive et spontanée tout en essayant d’éviter une trop forte redondance dans la forme. On se donne donne rendez-vous début octobre pour les prochaines critiques (ou autres types de publication sait-on jamais?) à propos des séries de l’été.

Publicités

31 réflexions sur “A propos des nouvelles séries

  1. Aer : je pensais que j’étais le seul à faire ça. Ce n’est même pas par rejet du « hype », c’est juste qu’au rythme auquel je visionne des animes, j’ai facilement 2-3 ans de retard. Enfin, je dis « retard » mais si un anime est bon, il le sera autant 5 ans après sa sortie…

  2. Ouaip moi je regarde en priorité les vieux trucs, et les nouveaux seulement quand ils sont encensés parce que les « vieux » ont tendance à vite disparaitre et à être introuvable.

    Et deux trois animes en mode random que je regarde parce qu’un mec en parle et dit qu’il aime.

    Sinon je partage pas mal ton avis à propos du 1. et c’est assez gavant de voir tout le monde parler de la même chose en émettant simplement son avis. Faut ajouter un truc si on tient un blog parce que oui on est tous au courant que « machin unbalance love SSS 2 » est sorti et quel genre d’anime c’est, donc amis blogueurs changez!

  3. On ne demande pas aux gens de publier sur des séries passées, ou du moins je n’ai jamais vu quelqu’un qui a expressément dit ça, par contre on peut regretter de voir que peu de blog écrivent sur ce genre de sujet. Personnellement je regarde ce genre de série car ça me permet d’une part de comprendre l’évolution qu’à eu l’animation et puis car pour la plupart, ça reste de bonnes séries. Par contre et malheureusement car tu n’es pas le seul, mais tu sembles « subir » ton lectorat, ce qui est tout de même assez marrant même si de la même manière triste. On n’écrit pas parce que d’une quelconque manière cela va apporter du lectorat et du monde par google. Il faut arrêter ce genre de raisonnement, je ne sais pas si tu es dans ce cas (j’avoue ne pas avoir très bien compris ton point de vue) mais en tous cas ce genre d’attitude dénature le blogging quelque soit le sujet sur lequel on écrit. Je pense que sur n’importe quel interface, parfois il faut arrêter de se poser ce genre de question et tout simplement faire ce que l’on a nous-même envie, car le blog ça reste un truc qui se doit d’être égoïste.

  4. C’est vrai on écrit un blog pour soi aussi, mais quand on est référencé et qu’on présente son contenu de manière organisée et qu’on se fait critique autant y rajouter un peu de sel :O

  5. Aer et Faust -> ben vous êtes simplement catégorie « Regarder la série entière une fois la saison achevée ». Comme moi même si je me tiens juste un peu plus à jour peut-être.
    K66 -> les vieux trucs, j’ai passé une demi décennie à les regarder sans suivre en aucune façon les nouvelles sorties. Mais après il ne me restait plus que ça.
    jevanni -> je pense justement que je laisse un peu tomber ce que désire lire mon lectorat en ne faisant plus de billets « premières impressions ». C’était quand même de loin ce qui attirait le plus de gens et qui me procurait le moins satisfaction. Mais j’écrivais ça car j’en avais pris l’habitude (sur Ak) et que ça restait amusant pour moi. Je pense au contraire avoir très peu d’égard (trop peu même) pour mon lectorat.

  6. >> Des séries de qualité, il en sort toujours autant sinon plus qu’il y a quinze ans.

    Je te prends au mot (quinze ans ça fait 1995) et te signale qu’on attend encore les Evangelion, les Slayers, les Ghost In The Shell de 2010. C’est-à-dire les anime qui au-delà du business définissent des pistes, qui créent les conditions d’évolutions à venir . En vain, parce que ces anime là ne viendront pas, tués dans l’oeuf par une industrie aujourd’hui viciée jusqu’à l’os.

  7. Je suis étonnée de la façon dont tu sélectionnes les séries que tu va regarder, je trouve que tu te compliques bien la vie, perso j’ai tendance à faire ça beaucoup plus à « l’instinct » (genre j’aime bien le design, l’auteur, etc) pour le meilleur comme pour le pire. Une fois la saison finie, les autres se chargent généralement de faire ressortir ce qui est « bien » et que j’ai loupé. Bien sûr j’entends par là des séries pas forcément super suivies, car il est bien connu que l’avis général n’est pas toujours de bon goût, mais comme tu l’expliques à force on fini par avoir des « références » dont on sait que les goûts correspondent aux nôtres et en qui on peut relativement avoir confiance.

    Après j’aime suivre les séries hebdomadairement, mais uniquement parce que j’aime partager mes impressions sur des forums et que c’est peu la condition sine qua non pour avoir une discussion construite. C’est pour ça que j’ai fini par attendre des mois entiers avant de me remettre à Durarara!!, les 3/4 des gens ayant des semaines d’avance sur moi en raison de la parution ultra-lente de Dybex, j’ai carrément laissé tomber l’idée de « dialogue » avec eux, c’était juste trop pénible d’avoir un train de retard. Autant se contenter d’un simple avis final.
    Je n’aime pas trop les impressions hebdomadaires faites sur les blogs, à mes yeux l’intérêt réside dans le dialogue et le blog n’est pas le format adapté pour ça. Peut être que certaines personnes aiment se spoiler 3 jours avant de voir leur épisode, mais bon… J’avoue faire de la pub honteuse pour des séries dont je n’ai vu/lu que quelques épisodes juste parce que j’ai eu un coup de foudre, mais de là à écrire un article dessus, il y a un pas que je ne franchirai pas, ne serait-ce que parce que je me trouverai chiante :p
    Et il faut bien sûr prendre en compte le fait que certaines séries ne sont pas faites pour être bloguées hebdomadairement (genre les slice of life) et pour lesquelles on préférera une critique complète. L’inverse est vrai aussi. Il y a des séries que j’ai aimé mais sur lesquelles je serai incapable d’écrire tout simplement parce que ça serait un concentré de vide intersidéral.

  8. On a globalement la même façon de choisir les animes et de les traiter sur nos blogs. Quoique je prends vraiment les animes par hasard, souvent juste à cause de quelques images puis d’un synopsis qui semble convenir à mes envies du moment. Je regarde vite fait les notes sur MAL ou autre mais il faut vraiment que la note soit désastreuse pour me faire changer d’avis.
    Cette manière de faire n’est pas toujours en accord avec mon lectorat potentiel, le nombre de commentaires s’en ressent parfois d’ailleurs mais tant pis. J’ai tenté une fois le billet « 1eres impressions » pour suivre la mode avec Heroman mais ce fut loin d’être concluant…

  9. Katua > je ne me complique pas tant que ça la vie. Choper la liste de chartfag au passage, y jeter un coup d’œil, regarder la note de certaines séries ou un trailer par ci par là, ce ne sont pas des choses qui te prennent du temps. Je ne le fais pas méthodiquement non plus et souvent ce sont des réflexes inconscients plus qu’autre chose. Après si on regarde une série à sa sortie, on dispose de moins de critères pour motiver son choix évidemment.

    Sinon moi aussi j’aimais voir des séries chaque semaine pour en parler régulièrement sur un forum : c’est peut-être le principal avantage que j’ai souligné mais c’est encore trop peu pour subir à long terme ce genre d’exercice.

    niko > je te raconte d’ailleurs pas la moyenne que se tape Heroman sur MAL : ça me semble pour le moins… concluant. ^^’

  10. En tant que blogueur, je vas te définir ma pensée.
    Lorsque j’ai découvert le fansub, j’ai commencé à en regarder régulièrement ; bref, au rythme des sorties. Ensuite, cela m’a passé et je me suis contenté des titres finis, car cela me fatiguait de devoir attendre mon épisode chaque semaine. Disons qu’entre la diffusion de Samurai 7 et 2008, je n’ai plus suivi d’animes de cette manière. Plus tard, j’ai rencontré des gens qui regardaient leur épisode chaque semaine, et cela crée une émulation qui m’a poussé à m’y remettre. Par contre, je sélectionne en amont (selon différents critères) une ou deux séries, et pour le reste, j’attends les avis ; mais cette saison, comme j’en ai marre de faire le pied de grue chaque semaine, je n’ai rien commencé et me contente de la fin des titres débutés tantôt. Évidemment, pour ceux que je commence en début de saison, j’écris dessus à la fin. Quand j’écris dessus. Mais le plus souvent, comme je n’en ai pas grand chose à faire d’être au summum de l’actualité et d’attirer des visiteurs et des commentaires, je commence un anime quand j’ai envie, et j’écris dessus – là encore – si j’en ai envie. Ce genre de billets servent probablement plus à la découverte qu’à faire naître le débat, cela va sans dire.

    Par contre, si tu veux attirer le lecteur, là oui il vaut mieux suivre les animes comme ça, semaine après semaine. Seulement après, c’est à toi de voir si bloguer est une fin en soi, et si tu ne regardes des animes que pour ça. Après, si ce mode de suivie te convient, autant joindre l’utile à l’agréable. Je sais que, personnellement, je regarde d’abord des animes et ensuite – parfois – j’écris dessus.

    Pour rebondir sur deux points que tu as soulevé :
    – Ce que j’avais reproché aux blogueurs qui s’étaient donné le mot pour parler de La Mélodie du Ciel, c’est que pendant ce temps, personne ne parlait des autres titres de la saison ; or, des lecteurs se basent sur ce genre d’avis. Si c’était pour discuter, ils pouvaient se prendre un forum. Chacun parle de ce qu’il veut, mais je trouve dommage de voir plusieurs blogueurs – ils ne sont pas si nombreux en francophonie – ne s’arrêter vraiment que sur un seul anime.
    – Le problème de se contenter de suivre le fansub régulièrement et de ne pas revenir sur un titre, c’est quand le fansub en question connait des ratés. Des titres comme Genji Monogatari Sennenki ou Mach Girl n’ont pas trouvé preneurs, ou alors tardivement. D’autres comme Nijuu Menso no Musume ou Sora wo Kakeru Shôjo ont connu de « longues » interruptions, si bien qu’ils se sont achevés (en fansub) alors qu’ils ne faisaient plus parti de l’actualité. Résultat : pour ainsi dire personne n’en a parlé, du moins sur les blogs. Ce qui est terriblement dommage pour Sora wo Kakeru Shôjo, car avec son scénario original et bien mené, sa qualité technique, son délire assumé et même justifié par l’histoire, et ses méchas, il s’agit pour moi d’une des très grandes réussites de 2009.

  11. C’est marrant car on a un peu subis le même parcours vis-à-vis de la découverte du fansub, de l’ennui qui découle du visionnage hebdomadaire puis de la rechute, etc ^^

    Mais il y a quelques éléments qui me chicanent là.

    Quand tu parles de découvertes, j’ai pas trop l’impression que ce soit ça à propos des nouvelles séries. Je pense généralement plutôt que tout le monde à entendu parler et certains auront même vu la série dont je parle au moment où je publie mon billet. Je cherche en général plutôt à confronter des impressions où mettre en évidence certains points qu’à faire découvrir du coup.

    « Seulement après, c’est à toi de voir si bloguer est une fin en soi, et si tu ne regardes des animes que pour ça. »
    C’est exactement le problème que j’avais à une époque : je définissais ma manière de suivre une série selon mes intentions de rédacteur et à la longue ça m’a fatigué. D’où cette réflexion et les conclusions que j’en ai tirées.

    Pour La Mélodie du Ciel (c’est bien à tes ronchonneries que je faisais allusion ^^), je doute franchement que les blogueurs concernés participent au même forum (s’ils le font seulement d’ailleurs) et aient la volonté de s’inscrire à plusieurs sur un espace pour en discuter. Ils auraient pu à la limite se contenter de poursuivre un débat dans les commentaires du premier billet s’y rapportant mais en tant que rédacteur je ne peux que comprendre leur volonté de donner une explication détaillée sur leur propre espace. Et si personne n’a parlé d’autres séries, c’est qu’ils n’en n’avaient pas envie ou que la saison était pauvre (qu’en sais-je) et on y peut rien.

    Pour le dernier point, j’ai signalé un peu un problème semblable avec la diffusion tardive des derniers épisodes de Bakemonogatari mais c’est pas pour autant qu’on en a pas parlé. En revanche c’est frustrant quand tu suis une série à mesure et que tu dois après patienter presque une année pour le mot de la fin.

    Sora wo Kakeru Shôjo -> 7.26 sur MAL aka qualité douteuse ou incomprise dans mon barème, peut-être le second choix en raison de la diffusion fansub comme l’anime semble gagner en qualité et cohérence au fil des épisodes selon ta critique. Bref… Je risque rien à essayer ^^

    En tout cas, grand merci pour ces remarques ça fait plaisir de voir que le sujet a posé problème à d’autres.

  12. « qualité douteuse ou incomprise dans mon barème » >> Le problème de ton barème basé sur MAL, c’est pour les séries plus anciennes, avec peu de votants. Généralement, ce seront des spectateurs qui ont choisi spécifiquement de regarder un titre, et qui peuvent se montrer plus critiques, faisant que tu peux aisément descendre jusqu’à 6/10 et garder une véritable qualité.

    « En revanche c’est frustrant quand tu suis une série à mesure et que tu dois après patienter presque une année pour le mot de la fin » >> Frustrant, oui. Et surtout, totalement incompatible avec le système de cohérence vis-à-vis de l’actualité que tu préconises, car finalement, l’anime en question se désolidarise de sa propre actualité, et réapparait alors qu’il ne fait plus parti des titres du moment. Résultat, le titre a été cordialement ignoré. Ce n’est pas un exemple isolé.

    « c’est bien à tes ronchonneries que je faisais allusion » >> Je m’en doutais un peu. A l’époque, j’avais dit que ce qu’ils faisaient revenait pour eux à se parler à distance en gueulant dans des porte-voix. Ils se répondaient par blogs interposés, ce qui ne me semble pas être pertinent pour générer le débat . Trop de dispersion entre les différents intervenants. Évidemment, c’est à eux de choisir s’ils veulent en parler ou pas, mais de mon point de vue, cela n’était pas particulièrement utile.

  13. C’est pour ça que je dis que les notes sur MAL c’est pas mauvais pour les animes récents. Après c’est déjà un tout autre public qui note les publications d’il y a 5-10 ans en arrière. Mais vu la date de Sora wo Kakeru Shôjo, je reste diablement sceptique même si les débuts ont semblé choquer pas mal de monde et que la diffusion fansub s’en est ressentie. Naouak en a parlé en bien, J-Truc l’a placé parmi les « à ne pas voir 2009″…

    Sinon pour revenir à La Mélodie du Ciel, « utile » pour les lecteurs, peut-être pas, mais pour les rédacteurs eux-même, sûrement. Je pense que ça fait du bien de gueuler ce qu’on a sur la patate par moment. Et je crois me souvenir que certains avaient leur billet en cours avant même que le buzz n’éclate et c’était malheureux pour eux car ils se sont sentis obligés de revenir sur le débat.

  14. je dois être le seul gars au monde à récupérer la majorité de mes séries en random quelque soit l’âge ?
    tokyotosho, je prend au hasard, et même si c’est du vieux, surtout si je connais pas.
    la dernière fois Utena est passé, j’ai récupéré la série, alors que j’avais déjà vu la série et que je ne l’avais pas apprécié. J’avais 16 ans à l’époque, j’ai décidé pourquoi pas lui redonner une nouvelle chance.
    par contre, pour le rematage, on verra, ce n’est pas prioritaire.
    Mais si c’est un batch d’une série que j’ai drop au bout de 2 ep, récemment, là c’est sûr je ne suis pas idiot au point de le reDL.

    personne n’a un esprit de découverte, c’est triste. Ne me dites pas vous n’avez pas le temps, mater de l’anime ce n’est que de la chronophagie, que tu mates une merde ou un truc moyen. Les chefs d’oeuvre, on les connait tous de nom, mais ce n’est pas prioritaire chez la nouvelle génération. Parce que bon, mater des anime depuis 2006, & attendre 2010 pour voir enfin du Ghibli car çà passe sur Arte, çà me dépasse.

    MAL est un truc vicieux, s’il avait existait il y a 10 ans, Love Hina serait dans le top 5.

  15. Rukawa : quand comme moi, tu regardes jamais plus d’un épisode par jour, il faut quand même que tu choisisses un minimum en aval. En général, je me fie aux critiques sur AK, je lis les synopsis, je mate quelques screens pour le design et je pose certaines questions sur les chans.
    Malgré ça, j’abandonne quand même les 3/4 des animes au bout du 2ème épisode…mais lorsque je tombe sur une série qui me plaît, elle m’occupe facilement pendant 1 ou 2 mois.

  16. Rukawa > Mais à quoi serviraient alors toutes les reviews et les aperçus qui pullulent sur le net si on n’était pas un minimum sélectif? L’univers de la japanim est quand même suffisament vaste pour pas y plonger à l’aveuglette.

    Pour les « découvertes », si ça consiste à redécouvrir Utena je comprends pas trop ton concept car ça reste un grand nom mais si c’est déterrer des courts métrages du Studio 4 °C par exemple ou encore essayer des trucs unanimement honnis, c’est pas forcément la tasse de thé de tout le monde.

    Et en fait je pige pas : tu lui reproches quoi à la nouvelles génération : de laisser de côté les « chefs d’œuvre » ou de ne plus avoir le goût de la découverte?? C’est assez paradoxal quand même.

    Remarque : AnimeNews existe depuis 1998, Love Hina figure tout juste dans le top 1000 (si tu parles de l’anime).

  17. ton cas Faust est différent & complement compréhensible. Tu n’es pas un animevore qui les enchaîne à la pelle, tu es un simple amateur d’anime.

    @Sirius : je lis depuis tout petit, parmi un des métiers que je voulais faire étant petit il y a eu journaliste.
    j’ai beau lire des critiques, c’est plus pour ce qui a été écrit que pour une selection quoi mater.
    lire un article ‘le viol dans le manga’ par Suvilay Bunthavy est enrichissant.
    je lis les critiquues de the-rossman pour son humour scatophile.
    un article trimestriel sur les nouveautés anime par Mariem, ne m’apporte strictement rien. Je ne le lis pas, je les survol pour la curiosité pour savoir si elle a aimé ou pas. C’est juste une simple curiosité.

    Jevanni parlait de rédaction, ce que j’essaye de faire dans mes critiques, c’est de le faire dans un esprit de découverte, de parler des choses comme le background, ou des détails insignifiants.
    j’essaye aussi de poser un avis analytique sur le sujet quand c’est possible, être pluridisciplinaire, parler de philosophie, de psychologie, offrir un point de vu historique via le contexte de l’époque.
    En exemple, pas tout le monde ne sait que Gainax a pour habitude de nommer le dernier épisode de ses anime avec pour nom le titre d’un livre de Science Fiction.
    Dans ma review sur Wolf’s Rain, j’ai fait un comparatif avec le Japon moderne dépeuplé de loups depuis 200 ans … coïncidant avec l’anime où justement les loups avaient disparu depuis 200 ans.
    Si un jour je fais une review sur SDF Macross, je parlerais des Itano Circus.

    Pour toutes ces choses, évidemment il faut une culture, j’en ai une je peux me permettre vu que je m’intéresse aussi à ce qu’il y a autour du média.

    ce que je leur reproche c’est de ne pas penser par eux même, ne pas agir à l’instinct, ne pas avoir une curiosité pour tout ce qui a été unanimement déclaré de qualité par une majorité, ne pas avoir de curiosité tout court, de ne pas regardé la forêt derrière l’arbre.
    c’est bien joli d’aduler Akiyuki Shinbou comme un dieu, mais çà serait encore mieux si le gars savait ce qu’est Soul Taker, Negima!? ou Petit Cossette. Or, c’est trop d’effort pour certain j’ai l’impression. Personne n’a l’idée de lui même d’aller jeter un coup d’oeil à Pani Poni Dash.
    plus, la blogosphere française manque cruellement d’analyse et de réfléxion. La plupart se contente de faire des billets les plus banales les uns que les autres, sans aucun argument. Ils n’ajoutent pas de pierre à l’édifice, se contentant de faire pareil que le voisin.

    Utena ce n’est pas un esprit de découverte, je l’ai DL parce que c’était là devant moi sur tokyotosho. Je fais pareil pour n’importe quel anime, vieux ou récent.
    Après oui, il y a certains anime que je récupère volontairement, je reste humain & non automatisé.

    et je parlais de MAL, pas de ANN.

  18. Je comprends mieux ta pensée même si t’es passé du « la nouvelle génération ne part pas à la découverte de telle et telle série » au « la nouvelle génération se contente de donner des avis en vrac plutôt que de creuser un peu ».

    Mais je te donne raison. Je suis d’ailleurs mal placé pour dire le contraire.

    Pour ANN, c’est un exemple qui montre que je doute que Love Hina (l’anime) ait pu figurer dans un top 5 de nos jours même si MAL était un poil plus vieux.

  19. ya un cumul des 2 oui. Le problème primaire c’est cette auto-suffisance. Se foutre des narutards c’est bien joli, mais le narutard au moins il connait plein d’élément de la shintologie et du bouddhisme.
    C’est bien gentil de dire que Lucky Star c’est plein de référence, mais n’en capter même pas 5%, c’est pas très propre. Et encore c’est ultra pauvre comparé à Pani Poni Dash, ou Gurren-Lagann.
    Avoir un peu de culture c’est possible, il faut juste le savoir. Et le vouloir. Hors, la majorité n’en a rien à foutre. Ils sont plus là pour le côté social & communautaire que pour l’anime lui même.

    Les premiers fansub de Love Hina date de 2000. J’ai personnellement vu la série en mars 2001.
    ANN n’a véritablement explosé qu’en 2004. Avant 2003, c’était pas encore THE site de référence, sa fonction watched list, n’est d’ailleurs n’est que très peu utilisé en comparaison au nombre de visiteur du site, contrairement à MAL qui en a fait sa spécialité.
    Si ANN a explosé à cette époque c’est en parallele avec le marché de la video, où les éditeurs achetaient des licences de tout & n’importe quoi sans frénésie.

  20. Personne n’a l’idée de lui même d’aller jeter un coup d’oeil à Pani Poni Dash. >>> peut être parce que c’est une série qui représente ce qui peut se faire de pire en termes de fansub, 5 ans après sa parution elle n’as toujours pas été fansubé ni jusqu’au bout, ni d’une façon acceptable, alors se baser la dessus ce n’est pas vraiment pertinent!

    Puis un un bon anime se savoure, quand tu te tape 5 à 10 épisodes d’un anime en 1 jour, profite tu vraiment du « spectacle »? Pas autant que si tu regardait l’anime par petit bout, c’est peut-être pour ca que beaucoup de personnes suivent les sorties , puis c’est moins chronophage pour le coup!

    Et le problème des critiques finales, c’est qu’elles sont à la fois faites pour les personnes ayant vu la série et ceux ne l’ayant pas vu, or critiquer une série sans la spoilé est assez difficile et surtout limité! Alors pourquoi ne jamais faire de critique pour les personnes ayant vu la série et qui spoile tout à zymut pour pouvoir critiquer une série sur des points précis? Cela signifie avoir des balises spoil à la fois dans les commentaires et les billet, mais c’est une limitation technique qui peut disparaitre assez facilement non?

  21. Évidemment si on n’est pas capable de doser un peu les épisodes ça peut être un inconvénient. En général je regarde 2 parfois 3 épisodes par jour et jamais deux séries simultanément. Mais il arrive que je craque si le spectacle est prenant.

    Pour Pani Poni Dash, la série a été entièrement traduite par gg etArigatou fansub. Je ne sais plus quelle version je suivais à l’époque mais j’ai trouvé tout ça bien trop décousu, trop parodique, encore moins accessible qu’un SZS pour ne citer que lui. L’humour ne me touchait pas et j’ai rien trouvé de spécialement intéressant. J’aimais bien le lapin c’est tout. S’il faut aller chercher les références derrière tout ça pour rire ensuite (si on arrive encore) ça le fait pas trop ^^

    Pour le spoiler, c’est une difficulté en effet. On est obligé parfois d’être un peu obscur en disant que telle ficelle du scénario n’a pas tenu ses promesses. Et souvent on ne sais pas comment exprimer le ressenti qu’on a eu lors de certaines situations. Mais éviter le spoiler reste possible et même nécessaire je pense. J’essaie de me limiter aux éléments du synopsis (jusqu’où aller dans celui-ci ?) mais parfois je suis pas sûr de moi-même et j’ai peur d’avoir déjà livré quelques spoiler sur ce blog. J’ai pas eu de réclamation jusqu’ici mais je ne suis pas très à l’aise quand même sur ce point.

    Je préfèrerai ne jamais avoir à recourir aux balises personnellement.

  22. pani poni dash est dispo en intégralité en fansub, livré avec des fichiers PDF expliquant diverse références. GG ont fait un très bon boulot derrière.
    et, je ne parle nul part de la qualité de série, je dis juste que les gens n’ont pas la curiosité de tenter par eux même.

  23. tl;dr pour l’article, mais j’ai lu les commentaires…

    Ruka, ce que tu dis sur la « nouvelle génération » des animefans (manque de culture pour saisir les références, de curiosité etc) peut assez facilement se transposer sur le cinéma ou la musique par exemple.
    Pour une petite partie du public qui s’intéressera plus en profondeur à ce qu’on lui présente, la majorité ne consommera ça que comme un divertissement temporaire qui le sort de son train train et qui lui en met plein les yeux d’une façon ou d’une autre (genre avec des boobs).
    La difficulté étant ici d’arriver à « convertir » les gens pour qu’ils développent leur curiosité et leur réflexion autour de ce qu’ils regardent.
    btw on te voit plus sur IRC ?

  24. Rukawa > ben à force de voir ce titre revenir dans les commentaires j’avais envie de dire ce que j’en pense :p Et pis moi j’ai tenté ça par moi-même, na!

    Sinon petite mise à jour avec les « rapports de matage » insérés dans la dernière partie. Il y en a eu assez ces derniers jours pour réparer mon oubli.

  25. @Tabris : tu l’as vu comme moi que ce n’est pas le cas, à quelques exceptions comme Lux.
    cette passion est clairement interchangeable, ç’aurait pu être du tunning sauf que c’est tombé sur des anime, plus pour le côté communautaire familliale que pour les anime eux même.

    développer la curiosité, si en 20 ans, il n’a jamais été assez curieux pour s’intéresser à un truc de sa propre initiative autre que le côté miroir qui brille, c’est pas à moi qu’il faut demander de l’aide, mais à un psy ou assistant social.

    sinon pour irc, j’ai pas spécialement apprécié de me faire virer d’un server car un admin arouiste car je me suis foutu de sa gueule car il était saoul au bout d’un verre de Martini.
    du Martini quoi, mais merde quoi.

  26. Attends mais tu parles de qui là avec ton psy? Non seulement on a du mal à comprendre ce que tu veux dire et où tu veux en venir par moment mais on a l’impression que t’en profites pour dénigrer la terre entière au passage.

    De toute façon je préfère pas trop poursuivre cette discussion sur la nouvelle génération, son manque d’initiative et de curiosité. Chacun aborde l’univers de la japanim’ comme ça lui plait, que ce soit pour rédiger un travail de mémoire ou pour passer le temps en se lavant les dents.

    Et pour les petites discussions, faites-le par mail, merci.

  27. @Sirius : chacun fait comme il veut c’est sur pour découvrir l’univers de la japanimation, mais plus le temps passe et plus cela prend énormément de temps de découvrir ce qui à été fait et plus les nouveaux anime-fan ne connaitront de moins en moins les anciens animes! Bref… Pour ce qui est du spoils, les commentaires sur la critique final de « angel beats » de amo sont en train d’en faire, mais c vrai que généralement y en a pas trop besoin et il y a irc ou les fofo pour ca aussi

    @ rukawa : si tu lit l’anglais couramment y a pas de problème, ce n’est pas le cas de tout le monde! En français poni pani dash n’est pas « disponible »!

  28. [HS]Tu ne risques pas de voir beaucoup d’articles »premières impressions » sur AK cet été, on regarde rien, à part emilie et ses trucs de fille. :P Je te raconte pas déjà la violence qu’on s’est faite pour faire la revue de la saison.[/HS]

    Les séries, je les regarde soit hebdomadairement soit en bloc d’un coup quand elles sont finies. Selon mon humeur je tend plus vers l’un ou l’autre. Les deux participent à un plaisir différent et ont leurs avantages et inconvénients.

    Pour choisir, soit je pars à l’aventure à partir d’un synopsis/trailer qui me branche et/ou d’un staff qui donne envie soit je suis les avis de gens dont je sais qu’on partage des goûts voisins soit rarement au pif.

  29. L’article d’emilie sur Mitsudomoe, c’était tout ce que j’attendais des premières impressions d’AK alors pas de souci ^^ Et pis je comprends tout à fait que vous ne vous forciez pas à regarder n’importe quoi pour le plaisir d’en parler.

    Sinon c’est vrai que beaucoup varient leur façon de voir les séries selon l’envie, bonne remarque, mais la méthode hebdomadaire m’a définitivement tué en ce qui me concerne ^^’

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s