Breath of Fire 3

Si le dernier opus sur PS2 avait réussi à déstabiliser le puriste que je suis, j’avoue avoir pris une claque magistrale face au scénario et surtout au concept dont le jeu était doté. Mon estime pour la saga est retombée après avoir joué aux deux précédents épisodes, infiniment plus classiques dans leur déroulement. C’est le cas de Breath of Fire 3, petit RPG sympa sans plus.

L’aventure de Ryu version BoF3 commence dans les mines d’Erg où le  petit dragon se réveille et transforme en cendres tous les malheureux qui se mettent sur son chemin. Il est capturé mais parvient à s’échapper de la cage en provoquant un accident durant son transport. Il est recueilli par Rei et Teepo, deux voleurs habitant une baraque fortifiée et vivant de rapines.

J’ai passé un bon petit moment de RPG. Breath of Fire 3 propose un joli petit scénario ou tout du moins une aventure durant laquelle il se passe un paquet de choses. Un long voyage, des épisodes assez sympas, des rebondissements : il faudra une bonne trentaine d’heures pour venir à bout du jeu sans trop traîner. Mais soyons honnête, j’ai plus apprécié le joli périple dépaysant jusqu’au boss de fin que la soi-disant enquête sur la race draconienne.

Côté personnages, on retrouve la sempiternelle Nina, une princesse voulant s’évader de sa vie de château, Rei, l’homme-tigre qui  recherche les raisons de sa force, Momo, le traditionnel spécialiste en mécanique et le héros, Ryu, muet et trop souvent en train pleurer comme un gosse de trois ans avant de s’essuyer le nez.

Le gros point noir du jeu : la traduction française, bâclée au possible. J’ose croire qu’elle soit le produit d’une traduction automatique ou alors qu’ils aient eu des problèmes avec le code du script. J’espère. Où alors c’est le travail d’analphabètes qui se sont montrés irrespectueux devant leur tâche. J’avais l’impression de ne pas pouvoir pleinement ressentir la trame à cause d’une traduction bien trop littérale qui ne retranscrivait rien des émotions des personnages et rendaient les dialogues creux. Sans compter les consignes souvent incomplètes voire erronées. Beaucoup auront abandonné dans le fameux désert que j’ai passé une heure à traverser en allant à tord à l’ouest, vidant seize gourdes d’eau avant de me rendre compte que j’avais été berné par cette foutue étoile polaire et cette traduction indigne…

La réalisation est celle qu’on peut attendre d’un des premiers jeux de l’époque 32 bits. A savoir un design assez mal fichu et une piètre 3D. La carte du monde est sympathique car elle n’est pas aussi dirigiste (mais le reste un peu) que dans l’épisode suivant de la saga et propose une jolie musique de fond. On peut explorer à volonté, même si l’univers n’est pas très vaste, il a le mérite d’être varié, coloré et de profiter d’une belle ambiance.

Le jeu propose une difficulté assez bien dosée mais les combats donneront l’impression de manquer de dynamisme, de challenge et de variété. A noter qu’ils sont mis en place en mode exploration au lieu de miser sur des décors alternatifs comme dans la plupart des RPG du genre. On peut en outre s’appuyer sur les traditionnelles transformations en dragon, ici très utiles, même si je me suis toujours contenté de la formule « feu-puissance » pour éclater les boss.

J’ai foncé en ligne droite, de la même manière que j’avais bâclé le quatrième opus. Sans trop exploiter le système de compétences  (trop d’allers-retours à faire auprès des maîtres) et encore moins la pêche (comme d’habitude, j’ai fait la seule prise nécessaire à l’intrigue, le temps de comprendre le système…) Et je ne suis jamais retourné voir les fées (ouh le méchant!) J’avais juste envie de finir ce petit jeu avant de passer à autre chose, peut-être aux épisodes fondateurs sortis sur SNES ?


  • Flash spécial : Ceci est le premier billet qui devrait figurer sur Aggregamers; merci encore à garric d’avoir accepté ma demande et bienvenue aux nouveaux visiteurs! Ça m’encouragera à relancer une catégorie encore peu fournie. Pour info mes billets vidéo-ludiques sont exclusivement dédiés aux RPG à la sauce nippone et le plus souvent à des vieux titres. Il y a beaucoup de  simples critiques pour l’instant mais je compte essayer d’autres types de billets très bientôt.

11 réflexions sur “Breath of Fire 3

  1. Pas exceptionnel c’est vrai mais je m’étais bien amusé à l’époque avec ce petit rpg. Le système de transformation en dragon m’avait bien amusé et l’ambiance générale est très plaisante.

  2. Aujourd’hui encore on s’amuse bien si on n’a pas peur des oldies =)
    Mais je pense que même à l’époque le jeu ne tenait pas la longueur devant la concurrence. Les transformations en dragon sont quand même trop couteuses en MP pour être exploitées à fond sauf pour les boss et les résultats sont trop souvent décevants (remarque c’était pire dans le 4).

  3. « La réalisation est celle qu’on peut attendre d’un des premiers jeux de l’époque 16 bits. »

    Est-ce du cynisme ou une faute ? Puisque Breath of Fire 3 était sorti sur PS1, donc 32 bits. Sinon, j’en ai très peu de souvenirs, je l’ai fait il y a longtemps, très longtemps, mais les BoF, d’une manière générale, restent des petits jeux sympa (dommage que le 5, particulier, mais très plaisant, n’ait pas eu de successeur :/). Il ne me manque que le 4 à mon actif, commencé en émulation, mais mon DD m’a lâché avant la fin… Il faudra que je m’y remette !

  4. Non c’est une faute grossière; d’ailleurs je corrige ça. Je goûte pas trop à la touche graphique des premiers jeux 3D. En voyant Suikoden 2 je me dis qu’ils avaient mieux à faire.
    Et oui la saga semble bel et bien morte. Comme les Suikoden d’ailleurs. C’est peut-être l’originalité assez géniale du dernier qui en est la cause.

  5. Je comprend mal le terme puriste avec la suite de la ligne au début, t’as aimé les anciens de la série ? Ou alors tu préfères les rpg a la DraQue sans aucune évolution du genre ?

    Sinon, aucun problème, on est d’accord que Dragon Quarter poutre tout et est un jeu de folie dans une série globalement pas terrible.

  6. Je veux dire en parlant de puriste, que j’aime les RPG classiques avec donjons, tour par tour, villages, carte du monde, etc. J’aime avant tout les RPG simples et traditionnels (à la FF ou à la DraQue comme tu dis) mais ça veut pas dire que je suis fermé au reste. Dragon Quarter est un trip vraiment prenant mais qui s’éloigne des bases du RPG (genre on n’est pas une seule fois à l’extérieur, sauvegardes limitées, style tactical-survival horror). J’ai eu du mal au début mais finalement je suis un addict o_O

    C’est sûr que les BoF ne sont pas les RPG les plus géniaux même si le dernier reste à part. Mais j’ai quand même envie de voir ce que donnent les premiers car les critiques sont bonnes.

  7. Ah, les Suikoden ne sont pas tout à fait morts. C’est vrai que ça fait un bail qu’il n’y a pas eu d’épisode numéroté, mais il y a eu Suikoden Tierkreis il n’y a pas si longtemps que ça sur DS. Je l’ai en réserve celui-là, mais je n’ai pas encore eu le temps de me pencher dessus. C’est comme les Wild Arms, je ne serai pas contre un 6 sur PS3 :p (même si j’ai déjà le XF qui m’attend sur PSP, même s’il est apparemment dur à s’en arracher les cheveux…)

    Sinon, si tu t’attaques aux deux premiers BoF, je te conseille de les faire dans l’ordre. Puisque le second reprend à peu près tous les éléments spécifiques du premier, en les améliorant (et en augmentant la difficulté).

  8. C’est vrai ça pour Suikoden, je fais comme si l’épisode DS n’existait pas en disant que c’est mort. Par contre les BoF semblent bel et bien condamnés.

    On aura peut-être trois épisodes 6 de trois grandes sagas bientôt sur PS3 (et je verrai du coup pour m’en procurer une ^^)

  9. Ben j’avais fais le premier à une époque, et j’ai vite lâché l’affaire après mon quarantième random combat en trois pas sur la carte :/.

  10. Breath of fire 3, un de mes premiers RPGs, quand j’étais petit je n’avais pas pu faire ce fameux désert qui m’avait même fait abandonner le jeu. Un jour, je me suis relancé dans le jeu avec une soluce papier (internet c’était du luxe :p), et même la soluce c’était trompé. Après cette petite digression je tiens à préciser que, personnellement, j’affectionne beaucoup ce jeu, le susmentionné système de dragon réveillait une certaine curiosité de tester les différentes combinaisons de gemmes, bien qu’au final on avait tendance à utiliser la même (par habitude ^^). Pour les maîtres, ils apprennent très peu souvent une compétence intéressante, et faut savoir à quel moment leur parler (retenter après chaque level). Un RPG rafraichissant, à l’époque.

  11. Du coup faut faire le tour du monde à chaque fois qu’on gagne un niveau pour voir les maîtres o_O
    Sinon pour le désert, j’ai suivi la soluce de chez RPG Soluce. Je suis plus sûr maintenant mais les deux derniers jours je suivais une étoile au nord alors que c’était celle au nord-ouest que je devais suivre (à droite des deux-trois points bleus lumineux). A moins que je me sois fait avoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s