Les héros badass les plus épiques

Essayons un peu de retrouver les mâles héroïques qui pètent la classe dans ce petit univers. Une fois les étudiants lambda purgés de la liste, il en reste une petite minorité à traiter. Je pourrai commencer par citer un héros totalement cliché tel que Kenshin. Il rassemble tout ce que l’on peut attendre d’un protagoniste phare de shonen classique : un talent pour manier le sabre, un passé torturé, une personnalité loufoque et changeante, une combativité à toute épreuve et cette volonté acharnée de ne pas céder à la tentation du meurtre. L’harmonie de ces caractères font de Kenshin un héros culte et charismatique.

On trouvait déjà la plupart de ces aspects chez Ryo Saeba, le fameux City Hunter. Ce qui distingue ce héros bien plus contemporain des autres, c’est l’humour grivois omniprésent dans son caractère. Le héros de Tsukasa Hojo possède aussi ce syndrome de personnalité changeante, toujours burlesque et bouffonne, parfois altruiste et sensible. Tout ça pour donner naissance à un héros qui a doublement la classe, qui sait faire rire et émouvoir.

Spike Spiegel remplit encore mieux ces standards car à la différence de ce dernier il divertit non pas en se lançant dans des bouffonneries redondantes mais par sa façon d’être et sa classe naturelle. C’est infiniment plus subtil et digne du héros charismatique.

Quand on parle de héros épiques, impossible de ne pas citer un personnage de GinEiDen. Reuenthal a un tel orgueil, une telle volonté, une telle classe qu’il aurait été injuste de le citer. Déjà les yeux vairons c’est culte. Mais quand ils portent une si lourde signification et que le personnage se fait un tel code de l’honneur on obtient un des héros les plus alambiqués. Loyal, juste mais torturé, il avance, porte le fardeau de son passé, sans jamais trahir ses principes, sans fuir l’adversité, peu importe les conséquences.

One Piece est un nid à héros charismatiques. Mention spéciale pour Luffy qui parvient toujours à surprendre avec ses capacités d’homme élastique et même si le genre « héros qui s’inquiète plus pour son estomac qu’autre chose » est passablement éculé, il reste un grand classique grâce à son comportement décalé et imprévisible à tout épreuve. Et le design original qu’Oda lui a offert avec sa cicatrice, son sempiternel chapeau de paille et un coup de crayon unique y est aussi pour quelque chose.

Jusque là rien de très surprenant, des choix plutôt traditionnels. On va dire que je suis quelqu’un qui a bon goût, qui apprécie les grands classiques. Désolé de vous décevoir : la suite n’a plus grand-chose à voir avec ces quelques standards.

On reprend avec du lourd : Johannes Krauser II. Inutile de refaire son CV, vous savez tous que cet assassin de l’enfer a tué son père et violé sa mère. Impossible de ne pas s’attacher à la sensibilité de sa poésie ni à sa capacité hors du commun à dire onze fois « rape » en une seconde. Quand on voit le petit garçon tout gentil qui se cache derrière ce déguisement…

J’ai viré les étudiants lambda mais j’ai précieusement gardé quelques perles. C’est le cas d’Harima Kenji, la grosse brute de School Rumble. Avec sa carrure d’athlète, son béret de mangaka, sa grosse moto cylindrée, son bouc épique et son cœur d’artichaut, il tente de conquérir la nana la plus banale et stupide de son école. Sans oublier qu’il parle avec les animaux et qu’il a un talent pas possible à se foutre dans les situations les plus débiles qui soient.

Une petite place pour le lieutenant Sagara Sosuke de Full Metal Panic ! Si le scénario de la série n’a aucun intérêt en soi, on la regarde uniquement pour les frasques de ce soldat méticuleux et limite paranoïaque. Suffit de voir Fumoffu pour s’en convaincre. Sagara prend l’école pour un véritable terrain de guerre et les moyens qu’il met en œuvre pour défendre Chidori ne passent pas inaperçus et peuvent engendrer pas mal de dégâts.

Hosaka est quand à lui le Dieu incontesté pour les mâles qui s’affirment et s’assument. Oubliez toute référence en matière d’homme modèle, ne retenez que ce personnage secondaire de Minami-ke. Camarade de classe d’Haruka qu’il aime d’un amour platonique, narcisse convaincu de la grandeur de sa petite personne, il est à l’origine le meneur du club de Volleyball avant de se lancer à travers une longue initiation destinée à préparer le futur qui le lie à Haruka dans ses fantasmes les moins intimes.

Pour boucler ce premier top, j’aurais bien cité Satou ou Madarame mais je préfère choisir maître Kurosawa. Parce qu’un type qui répond aussi naturellement et frénétiquement à l’appel de la nature c’est plutôt rare. Si en plus il parvient à se prendre pour un dieu justicier en se branlant, vous imaginez un peu le portrait. Plus fort que Light, au dessus de Lelouch. Asocial, antipathique, calculateur, dégénéré mais humain.

Globalement, j’observe une nette préférence pour les héros loufoques (Reuenthal est ici l’unique exception). Aucun de mes profs favoris n’a été sélectionné (Onizuka, Kawato et Nozumu). La prochaine fois je parlerai de mes héroïnes favorites.

6 réflexions au sujet de « Les héros badass les plus épiques »

  1. Tu t’y mets aussi ^^

    Je suis d’accord pour 5, en partie parce que je ne connais pas les autres . Je pense que tu sais déjà lesquels ;)

  2. Dans le bas du classement, on retrouve les classiques du genre ; dans le haut du classement, on sort des sentiers battus. C’est rare d’aboutir à un résultat aussi équilibré lorsque l’on se livre à ce genre d’exercice.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s