Les hardcore gamers aiment Disgaea 2…

ça tombe mal j’en suis pas un.

Qui s’attendrait à ce que je descende un jeu auquel la bannière de ce blog fait depuis longtemps référence ? Je viens juste de profiter des vacances pour me lancer dans un soft qui n’était pas parvenu à m’emballer à sa sortie. Je ne suis pas un grand fan de T-RPG (je n’ai pas tenu plus de deux heures à Final Fantasy Tactics tellement la difficulté me heurtait au plus haut point) et quand j’ai lu certaines critiques qui l’accusent d’être en dessous de son aîné, j’avais laissé tomber l’idée d’acquérir le dernier Nippon Ichi. Trois ans après je tente l’expérience et je confirme : le second successeur de la saga ne casse pas trois pattes à un prinny, tant mieux pour eux.

J’ai mis longtemps à comprendre une grande vérité : le héros porte une cravate.

D’un point de vue technique et musical je n’ai pas noté une grande différence. Si la 2D semble plus jolie, de nombreuses pistes audio ont été reprises. Mais parlons gameplay : il n’y a pas révolution notoire, juste quelques aménagements judicieux qui sont parvenus à rendre le système d’évolution plus attractif et stratégique. J’ai au départ longtemps galéré dans un lieu que je n’avais jamais fréquenté jusqu’alors dans la saga : le fameux Item World. Il présente plus d’intérêt grâce aux salles mystérieuses et au tribunal qui accroît la félonie. Pas suffisamment pour que je persévère après trois ou quatre visites. Si la plupart du temps Tink parvient à monter au niveau suivant en un tour, affronter des monstres d’un niveau risible avec toujours les mêmes musiques redondantes est bien vite fastidieux.

Oui vous n’hallucinez pas : on voit le fond de ma bannière en arrière plan!

J’ai donc choisi de suivre la quête principale (à laquelle j’avais déjà bizarrement décroché) sans trop faire cas de ces moyens passablement rébarbatifs de booster son équipe. En ligne droite, sans tourner autour du pot, sans même reprendre le moindre stage, j’ai été au bout du jeu. C’est assez sidérant de voir la facilité avec laquelle on cumule les niveaux sans avoir à s’inquiéter des stats de ses équipiers. La quête principale propose un challenge franchement limite (ok on peut booster la difficulté à la Dark Assembly, je sais) mais heureusement les géopanels sont beaucoup plus exploités avec des géocases qui se déplacent, des casse-tête parfois décisifs avec souvent des cases invincible, level-up +10%, clone, ennemyboost x3, etc. La possibilité d’attaquer en tour semble pratique pour booster le niveau des personnages plus faibles mais je n’en n’ai jamais eu l’utilité. Et j’ignore ce que cachent les points d’interrogation dans le menu de combat… J’ai trouvé le principe du Dark World sympa mais malheureusement trop souvent inabordable.


Des screens à un niveau minable : eux au moins n’iront pas frimer sur les forums de JV.com

C’est dire combien j’ai trébuché devant l’ampleur du gameplay. Il reprend les bases instaurées dans le précédent opus avec des retouches toutes simples qui ne changent en rien une réalité : il est bien trop poussé et parfois même compliqué. Qu’il soit inutile de tout maîtriser pour arriver au bout n’excuse rien et j’accuse un grand déficit à ce niveau : les combos explosifs autour des géopanels? Les statisticiens d’objet? Le niveau de félonie? Même pas pris la peine d’essayer de comprendre. Je ne culpabilise pas : j’ai lu de nombreuses gamefaqs, je connais les surprises qui attendent les plus patients, les moyens de booster ses personnages au niveau 1000, mais je ne tiens pas pour autant à passer 500 heures (1000 heures pour pousser le jeu à l’extrême paraît-il?) dans des donjons répétitifs. J’aurais peut-être eu plus de courage si j’avais dès le départ eu connaissance de la possibilité de zapper le déroulement des sorts ^^’

Image sans aucun rapport avec le jeu (1)

Encore une chose concernant le gameplay : les différents niveaux sont bien plus souvent introduits/conclus par une scène que dans le premier opus. Mis à part dans certains chapitres. J’entends par là qu’on a droit au début de chaque combat à des dialogues parfois importants, souvent débiles alors qu’ils étaient bien plus rares dans Hour of Darkness. C’est peut-être voir sûrement parce que le jeu comprend moins de chapitres et ça nous amène au grand point faible du soft : son scénario. Disgaea c’était un récit magique, à la fois basique et profond : un démon cynique s’associe à une ange tout ce qu’il y a de plus kawai pour récupérer son trône et mener une guerre entre humains, anges et démons. Disgaea 2, c’est plus rien, du moins pas grand chose.


Image sans aucun rapport avec le jeu (2)

Je suis méchant j’avoue mais au final une vingtaine d’heures suffit à achever un scénario qui ne va pas bien loin avec des héros qui manquent de charisme. Son déroulement est bien moins structuré que dans le précédent opus où chaque chapitre faisait l’objet d’une petite histoire avec une chute toujours aussi marquante et on s’attachait aux personnages à la longue. J’ai pas trop accroché au couple formé par Adell et Rozalin même si les relents de tsundere de la demoiselle ne laissent pas insensibles. Que dire au sujet des petits frère et sœur d’Adell qui n’étaient même pas décents comme équipiers? Je regrette aussi Mid-Boss (pardon : le Great Dark Adonis Vyer) qui a été remplacé par un Dark Heros et son Spielberg. Restent les parents d’Adell et notre présentatrice fétiche qui brille par sa grande loquacité.

Image sans aucun rapport avec le jeu (3)

En résumé : un jeu qui possède peut-être le gameplay le plus fignolé du T-RPG mais qui n’encourage malheureusement pas à l’exploiter. Un scénario qui reste certes fort sympathique et divertissant mais qui n’a rien de transcendant. Un Disgaea sans sel ni poivre qui, s’il ne m’a pas fait passer un mauvais moment, m’a un peu déçu. J’avais l’impression qu’il était réservé à une élite d’harcore gamers dont je ne ferai jamais partie. Je ne pourrai jamais apprécier pleinement un Disgaea et ça me rend triste car l’univers est fun. Désolé Flonne, j’aurai même pas pu passer te faire un petit coucou…


Advertisements

13 réflexions sur “Les hardcore gamers aiment Disgaea 2…

  1. J’avais passé au moins 350 heures sur le premier opus (enfin le portage DS) et franchement il a porté le genre du tactical RPG a un tel point que ça m’a degouté de tout les autres jeux du genre (FFTA2, bien moins prenant que le précédent, ou le Walkyrie Profile sur DS). Mais bon je n’ai pas envie de retrouver le manque de sommeil que j’avais pendant ma periode Disgaea donc je vais eviter de toucher au 2 :/

  2. Totalement d’accord, ce Disgaea est vraiment moyen. Je suis pas non plus un fan de T-RPG, mais j’ai vraiment l’impression que la majeure partie de l’intérêt du jeu est la possibilité de faire des dommages de fou si on prends le temps de bien monter ses perso.
    Malheureusement c’est bien trop long à mon gout, reste certains dialogues assez drôle pendant les phases de scenar.
    Un autre truc qui me dérange dans le jeu (et dans les NIS en général) c’est la possibilité de créer des unités à partir de rien. Ca va paraitre stupide, mais j’ai beaucoup de mal à jouer avec des perso génériques. Je préfère être limité dans mes choix comme dans un fire emblem, mais avoir des unités uniques avec chacune leurs personnalités.

  3. Viral -> pareil pour moi : impossible de me motiver à faire un quelconque T-RPG après avoir goûté à Disgaea. Le genre me saoule trop vite en général mais si le background est frais et original, c’est sympa.

    Lezard -> les persos génériques c’est pas trop mon truc non plus mais c’est un peu le genre de jeu qui veut ça. C’est difficile de construire un scénario de T-RPG avec 10 personnages jouables et si c’est pour avoir droit à des Hanako et Taro, très peu pour moi ^^ » C’est pareil pour FFT. Faudrait que j’essaye un Fire Emblem un jour même si je risque d’avoir du mal.

  4. Pourquoi difficile ? Des séries comme Fire Emblem, Front Mission, Vandal Hearts ou encore le dernier Valkyrie Profile sur DS y arrivent très bien. J’ai aucune idée de l’identité d’Hanako et Taro par contre.

    PS : C’est toujours Lezard, j’ai dû changer de pseudo pour mettre une image.

    PS2 : J’ai galéré pour retrouver ton blog après que tu ais fui MAL XD

  5. Ahah ouais je suis parti sans laisser d’adresse ^^ Mais ça signifie que tu ne te rappelais même pas du nom de mon blog vil mécréant. Pour l’image elle dépend de l’adresse mail et j’ignore pourquoi elle a mis autant de temps à générer.

    Si les jeux que tu cites proposent 10 personnages jouables impliqués dans le scénario et bien chapeau. Il y a tellement peu de phase de dialogue chez Nippon Ichi que je vois mal comment ils auraient pu faire autrement. Et encore : c’est rien à côté de La Pucelle qui t’oblige à combattre aux côtés d’ours et de slimes et autres squelettes ^^ »

    Sinon content de te revoir, je soupçonnais bien que ça devait être toi.

  6. Il faut avouer que j’ai été également déçu par ce Disgaea 2 lors de sa sortie en 2006 non par son gameplay qui est nickel mais par son ambiance et les personnages qui m’ont pas vraiment passionné. Le jeu reste très bon néanmoins en tant que T-RPG.
    Heureusement que le très bon Disgaea 3 répare ça en revenant à quelque chose plus proche de l’excellent premier opus.

  7. Mais je m’en souvenais en plus, enfin pour être plus précis, je me souvenais d’une partie : je sais pas pourquoi, mais j’étais persuadé que c’était Citron-Vanille le nom ^^.

    Attends tu veux des personnages non génériques et en plus ils faut qu’ils soient tous impliqués dans le scenario ? Tu demandes la lune là XD
    Blague à part c’est vrai que dans ma liste c’est pas le cas, le pire ça doit être dans VP où les perso ne prononcent plus un mot après leur chapitre. Néanmoins j’ai un petit doute pour Front mission, mes souvenirs sont assez flous, mais il me semble bien que la plupart des perso sont actifs. Je te conseille le 3eme opus d’ailleurs si t’as envie d’un T-RPG au scenar sérieux, dans un monde plus proche du notre et avec une grosse durée de vie (et si t’es pas allergiques aux Mecha).

  8. Tiens , c’est plaisant de voir des avis similaires au miens , j’ai fais tous les T-RPG, Nippon-Ichi dispo sur PS2, et j’avoue que je n’ai poussé le grind fatal que dans Disgaea premier du nom.
    J’ai été absolument incapable de faire l’alternate world du 2 :x.

    On ne va pas dire que Disgaea tue le T-RPG en le sublimant , mais NIS devrait arreter de transformer tous ces jeux en grind fest :x

    Au passage j’ai les Ar Tonelico et Atelier Iris 3 qui me regardent encore Q_Q

  9. Comme on ne peut pas commenter sur la page des RPG et que je n’ai pas l’impression d’avoir vu un billet dessus, je viens commenter sur … surprise … suspense …. Disgaea (ouais, aucun rapport avec l’article en question, je sais).

    J’ai commencé le premier sur PSP il n’y a même pas une semaine, cédant à la pression de certains qui n’arrêtaient pas de m’en dire du bien. Même si je suis loin d’avoir fini le jeu, je penche vers les mêmes avantages et inconvénients que tu avais pointé du doigt. J’espère que le scénario sera à la hauteur de mes espérances pour me faire oublier le gros côté répétitif des combats …

  10. Si c’est ton premier tactical, ça peut prendre du temps pour vraiment assimiler toutes les ficelles du jeu et bien apprécier les combats. Après c’est pas vraiment le type de RPG que je préfère car comme tu dis les combats sont répétitifs (et assez long parfois). Sans son scénario, Disgaea serait un vague souvenir. (C’est le cas du second opus que je présente ici, désolé d’avoir muté ton commentaire. J’avais mis un renvoi à une certaine époque pour commenter le panthéon mais personne ne l’utilisait :p)

  11. Tu as bien fait de l’avoir déplacé, je me sens moins hors-sujet du coup !

    Ce qui m’énerve surtout est le nombre de game-over que je me paye pour (par exemple) m’être fait battre dans un des derniers niveaux de l’item world avant que je ne puisse m’en échapper. Et je dois dire que c’est assez frustrant, très frustrant. Plus que de faire des combats répétitifs, se greffent surtout d’autres combats servant à gagner de l’expérience pour pouvoir être « à la hauteur » de faire les combats utiles à la quête. Et ça m’énerve =P

  12. Ah l’Item World… Je préférais booster mes personnages dans les zones où ils proposent parfois un seul dragon niveau bien plus élevé à abattre (dans le tournoi pour devenir overlord) et celui qui donnait le coup de grâce voyait son level monter en flèche. Ou alors en faisant fusionner certains monstres. Je cherchais pas mal de trucs pour faire du level-up vite fait ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s