Are you enjoying the Time of Eve ?

Si Eve no Jikan a fait du bruit dans nos contrées, c’est évidemment grâce à l’initiative de Dybex qui a eu l’idée de proposer les épisodes en streaming et VOSTFR. Honorable, même si on n’y trouve toujours pas le dernier épisode paru en septembre. Il reste Crunchyroll pour les plus pressés (dont je fais partie =P) Cette petite série de 6 ONA (15 minutes) a été produite par le petit Studio Rikka, qui avait aussi été à l’origine de Pale Cocoon, une OAV au message lourd en prophétie et de Mizu no Kotoba, autre OAV totalement space qui se déroulait déjà dans un café et durant laquelle on pouvait lire… une citation d’Asimov.

Je n’ai pas trop envie de dire combien j’ai accroché à la touche graphique, au design des personnages, à l’ambiance générale et à la musique surtout, très bien accordée à l’ensemble. Tout est soigné, de bon goût, et ça pique ni les yeux ni les oreilles. Ce sera tout pour les aspects techniques. Voyons le message de l’œuvre même si comme à l’accoutumée, l’intellect n’est pas en mesure de tout saisir. Il faut dire que l’œuvre est riche en messages et sujette à l’extrapolation. Dont acte.

Sammy’s rebellion

L’histoire se passe dans un futur pas très distant dans lequel tout ressemble à notre petit monde contemporain si on excepte une chose : certains se promènent avec une auréole sur la tête et c’est vachement la classe. Rikuo, jeune étudiant modèle, a chez lui un androïde, Sammy, dont n’importe qui serait tombé raide dingue si elle n’avait pas un ordinateur à la place des intestins. Il a toujours appris à la traiter comme un objet et essaye de ne pas trop s’intéresser à elle afin de ne pas être pris pour un dori-kei (jeune homme qui recherche de l’affection auprès d’un androïde).

Un jour il découvre une phrase étrange dans l’enregistrement des activités de Sammy : « Are you enjoying the Time of Eve ? » Dès lors, ça l’ennuie un peu de constater qu’il y a en quelque chose en Sammy qu’il ne comprend pas et n’arrive pas à contrôler. Que lui cache cet androïde qu’il n’a jamais considéré autrement que comme un outil dépourvu de volonté ? Il se sentirait presque jaloux et trompé.

The Time of Eve

En compagnie de Masaki, Rikuo suit Sammy dans un café nommé « The Time of Eve ». La pancarte à l’entrée avertit le client d’une règle essentielle à respecter : « Pas de discrimination entre humains et robots. » En d’autres termes : il est impossible de distinguer les robots des humains à cet endroit car nul ne porte d’auréole. Il est impossible aussi d’appliquer le rapport maître-serviteur. Rikuo et Masaki font la connaissance des clients habituels du café.

Chaque épisode nous livre une nouvelle rencontre. D’abord très suspicieux quand à la dangerosité des lieux où chacun est suspect, ils vont se surprendre à y passer du bon temps. Et ce sera surtout pour eux l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les androïdes, leurs soucis et leur véritable manière d’être. Car dans ce café, les androïdes se débarrassent de leur froideur accoutumée pour laisser s’exprimer un tempérament chaleureux et du coup, plus personne ne sait qui est quoi…

Back to Asimov

Une fois de plus, on a droit à l’évocation des trois règles de la robotique, principes hautement sacrés que je ne me prends pas la peine d’énumérer. Eve no Jikan n’est pas le premier anime à s’inspirer de la robotique, un des plus grand péché de l’homme, à la fois son orgueil dans sa quête sans fin à atteindre la puissance de Dieu et surtout sa peur devant l’être artificiel qui lui est si semblable tout en étant fondamentalement différent.

Ce n’est pas une œuvre de pionnier : Chobits, Ghost in the Shell, Pluto et surtout Yokohama Kaidashi Kikou l’ont précédée. La comparaison avec ce dernier s’impose d’elle-même : un café, des clients, une serveuse androïde. La touche fantastique et spatio-temporelle en moins peut-être. D’autres feront facilement un rapport avec l’épisode 10 de l’Odyssée de Kino.

Décidément quel intérêt a-t-on à montrer que les robots auraient une humanité et une conscience propre, un libre-arbitre ? Une mise en garde devant le danger qui pourrait en découler ? On n’est pas ici devant un travail de Tezuka mais devant ce genre d’œuvre poétique qui flaire bon l’iyashi-kei.

Le but n’est pas de prouver qu’il y a conscience dans la machine ni que demain on épousera son PC mais de permettre la rencontre de sensibilités différentes. Après la tolérance à l’égard des cultures et races étrangères, c’est la tolérance envers des êtres dépourvus de tout le bagage corruptif que représentent le poids et l’expérience des années. Après Mahomet et Jésus Christ, on vénérera Asimov.

Un petit mot pour la fin et pour encourager vivement tous les lecteurs de passage à regarder ces quelques épisodes. Vous tomberez sous le charme, je vous le promets. Les clins d’œil de la douce gérante dont s’échappent  petits cœurs et étoiles sont irrésistibles. Ouais, j’ai bien « enjoyé » le temps d’Eve.

(Edit 5 mai 2010 : Ne passez pas à côté du billet de Kabu qui présente de manière bien plus intéressante la série sans se perdre dans des extrapolations vaseuses. Et dont j’ai en plus manifestement plagié le titre!)

Advertisements

3 réflexions sur “Are you enjoying the Time of Eve ?

  1. En fait, ça fait effectivement mal aux oreilles juste avant qu’un certain robot n’explose ^^ (si tu vois de quoi je parle :P)
    J’étais content de suivre cette série gratuitement sur le site de Dybex. On dirait qu’ils multiplient les opération du genre, après FMA…

  2. Franchement a l’epoque quand c’est sorti j’ai décroché direct. Le truc qui sentait l’ennui avec juste de la qualité graphique et d’animation.
    Mais bon peut etre que je me repencherais dessus…

  3. En effet il se passe pas grand chose mais le format (12-15 minutes) permet de ne pas trop s’ennuyer. Faut en tout cas apprécier les séries tranches de vie et approche de l’autre pour accrocher.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s