Cocktail automnal : mangez équilibré

Si cet automne ne casse pas trois pattes à un monopode, il y a toujours quelques séries pour trouver du temps perdu. J’ai juste retenu Kimi ni Todoke, Aoi Bungaku et Seitokai no Ichizon cet automne. Un pur shojo, un seinen assez sombre et une comédie bien délirante : il y en a pour tous les goûts.

Aoi Bungaku est l’adaptation de six grands classiques de la littérature japonaise par Madhouse. Les quatre premiers épisodes traitent de Ningen Shikkaku (traduit No Longer Human en anglais). Ouais, encore des élucubrations pathologiques…

Je ne sais pas si le titre a un rapport avec la bibliothèque bleue qui rassemble des histoire appartenant à une culture populaire et parfois des conseils de savoir-vivre (sur la manière de choisir sa femme, d’élever ses enfants, de mettre ses biens à l’abri des envieux, etc.) Une sorte de littérature de colportage qui essaye de dessiner la société. En tout cas c’est vachement sombre comme série et il est impossible de ne pas penser au sinistre Mouryou no Hako du dernier automne dont elle est en quelque sorte le successeur. Je n’ai jamais été au bout de cette dernière car mon cerveau a des compétences très limitées. Heureusement, Aoi Bungaku promet moins de prises de tête avec une intrigue claire et très bien ficelée.

Le monstre, tout en couleurs…

C’est le cas de Ningen Shikkaku, l’histoire d’un jeune homme qui essaye de faire son chemin dans la société aux côtés d’un ami d’enfance en montant une escroquerie. Il a renié une famille riche qui ne lui sert qu’à toucher une subsistance car le pauvre enfant a toujours été méprisé par son père politicien dont il n’a pas sû répondre aux attentes. C’est un raté qui va noyer son chagrin dans l’alcool et auprès des femmes, ces nymphes qui lui sont étrangement attachées, et nourrit ainsi le monstre qui est en lui en s’émancipant progressivement de toute humanité. (C’est beau ce que je viens de dire.)

Le premier arc présente une mise en scène sombre et remarquable, beaucoup de pistes de réflexion sans que la trame s’avère pour autant trop compliquée. A voir.

Voilà un sacré bon divertissement. Seitokai no Ichizon c’est l’histoire d’un conseil d’étudiants dans lequel il fait bon vivre : quatre pucelles innocentes mais dégénérées et un loup qui veut faire de ce petit ménage son harem rien qu’à lui. En gros il ne s’agit que d’une tonne de blabla dans un espace clos mais c’est tellement hilarant que l’on ne s’ennuie pas vraiment.

Ça, c’est moe.

Le héros, Sugisaki est un fanatique d’éroges qui ose le dire et met bien l’ambiance comme il faut. Le groupe comprend deux sœurs un peu effacées dont la plus jeune a pour mission sacrée de rédiger des soluces de JV tandis que l’autre est un personnage dont le statut n’est pas très bien défini comme le fait judicieusement remarquer Sugisaki. On peut fantasmer sur Chizuru, la plus mature du groupe qui s’avère être une terrifiante sadique qui mène tout le monde par le bout du nez, une diablesse manipulatrice. Et enfin la Présidente, la toute petite lolita que tout le monde se plait à emmerder mais qui s’avère horriblement moe. Surtout quand elle bouffe des petits lapins en forme de chats qui ont le goût du bonheur.

Pas mal de parodie, des références simples mais efficaces, qui touchent toujours assez juste les gros tarés mangeurs de loli qui ont plus de 300 animes à leur actif. Bref, une vraie bouffée d’air frais dans ce triste automne, un pur divertissement à consommer sans aucune honte. Dans la lignée de Suzumachin Haruhi et Lucky Star en plus délirant. Et l’épisode 5 est 100% bikinis. Ça c’est un argument.

La plus jolie série de cet automne certainement. Kimi no Todoke est un shojo qui parle de Sawako Kuronuma, une jeune fille qui a du mal à s’intégrer dans son école car elle a une mine à faire peur et est l’objet de funestes rumeurs. Ceux qui s’asseyent à ses côtés verraient ainsi leurs résultats chuter, il suffirait de lui parler pour être atteint d’un mal incurable, etc. On la surnomme « Sadako » le fantôme du film The Ring (demandez-moi pas de quoi il s’agit). En tout cas, elle est l’exact opposé de Kazehaya Shouta, un jeune garçon on ne peut plus vivant et qui transpire la joie de vivre. Il attire beaucoup de gens et a pas mal d’amis au contraire de Sawako. Leur rencontre va évidemment changer leur destinée et aider Sawako à s’ouvrir peu à peu aux autres et connaître plein de bonheur à faire fondre en larmes.

Tiens, des marguerites…

Adaptée d’un manga qui est publié en France depuis peu, cette série est un petit coup de cœur. Visuellement c’est superbe : toutes ces belles couleurs pour peindre la nature, raaah j’en raffole. Le design est assez spécial il faut avouer mais j’ai beaucoup accroché. Une réalisation tout simplement impeccable avec du beau monde derrière. Le sourire de l’héroïne vous flingue en plein cœur tellement il est beau alors qu’elle est souvent décrite sous un jour terrifiant ou grotesque en SD. Sawako est une héroïne à laquelle on s’attache beaucoup et Kimi no Todoke raconte vraiment une belle histoire. La vie peut sembler un peu trop belle au début mais les derniers épisodes montrent que Sawako va rencontrer des difficultés pour protéger sa relation avec les autres. I’m rooting for you Sawako!

7 réflexions au sujet de « Cocktail automnal : mangez équilibré »

  1. Je suis d’accord pour « Kimi ni Todoke », c’est un anime magnifique. Je n’ai vu que le premier épisode mais je compte bien regarder toute la série.

  2. Rhaaaaaa tu m’a grillé sur l’article de Kimi ni todoke xD je suis moi même les épisodes avec ferveur lol =P

    J’avoue que cet animé est géant! Je lisais d’ailleurs les scan, mais jme suis arrêté, vue les graphismes qui sont vraiment trop bow! Et le sourire de Sawako qui reviens vraiment plus « magnifique » en anime quand dans les scan =O (et puis plein d’autres truc qui font que j’ai préféré de loin l’anime x3)

    Enfin… 5 épisodes seulement pour le moment =)
    Je ferais sûrement un article à la fin de la série =)
    (Si tu m’a pas re-grillé d’ici là xD)

    ps : juste pour te dire que j’ai mis ton blog en lien sur le mien, trouvant tes articles sympatiques =)
    Jme disais que comme ça, si les gens avaient aprécié mon blog, ils pouraient élargir leur connaissances sur d’autres blog du même genre ^^

  3. Et bien merci pour le lien =)
    En effet j’avais lu le début du manga et j’avais peu accroché, peut-être parce que le style sonnait trop shojo. Mais l’adaptation est tellement bien réalisée… Je regarderai l’épisode 5 en soirée =) Et grillé ou pas on s’en fiche, plus on est de monde à en parler, mieux c’est !

  4. Mine de rien, la saison automnale n’est pas aussi plate et décevante qu’elle en a l’air, c’est ce qu’il faut retenir :)

    Et niveau ambiance sombre, y’a aussi Tatakau Shisho qui s’en sort très bien. Et Kobato est très sympa aussi, mais reste à voir si la série tiendra la rythme (elle a de grandes chances de devenir rapidement répétitive). Et j’oubliais Sasameki Koto, une des rares séries qui me fait dire que le yuri, c’est parfois pas si mal (et on peut dire que les épisodes sont bien remplis…).

    Rien à ajouter pour celles que tu as citées, à part Seitokai no Ichizon dont je commence déjà à décrocher (l’humour est bon, mais le tout est un peu trop fouillis à mon goût…).

  5. Arf, Kobato me laisse perplexe : j’aime bien le manga mais je n’ai jamais vraiment adhéré aux adaptations de CLAMP et celle-ci me semble bien trop précoce. Pour Sasameki Koto, ça n’a pas l’air aussi intéressant graphiquement que le décevant Aoi Hana alors je préfère passer mon chemin ^^ »

  6. Je pense que c’est radicalement différent, même si on parle de yuri pour les deux séries. Les épisodes de Sasameki Koto sont bien remplis et réglés comme des horloges, après un premier épisode classique mais bien fait je me suis surpris à trouver la suite presque captivante, et assez originale ^^’

    La réalisation reste cependant très bonne, le charadesign est un régal, surtout en gros plan :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s