Tokyo Magnitude 8.0 : et le monde s’écroula

Tokyo Magnitude 8.0 est un des trop rares projets originaux que nous offre l’univers de la japanimation cet été. Un bref aperçu du staff : la série est dirigée par Masaki TACHIBANA (storyboards de Ghost in the Shell : Stand Alone Complex), Natsuko TAKAHASHI (Jigoku Shoujo et Gankutsuou) s’occupe du script alors que les musiques sont signées Kô OTANI (Ailes Grises, Shakugan no Shana). Produite par le studio Bones, la série s’annonçait comme l’incontournable de l’été 2009. Après trois épisodes, Tokyo Magnitude 8.0 tient toutes ses promesses.

tokyo-magnitude-8-0-44

L’histoire

Mirai est une adolescente qui doit supporter un quotidien assez pénible. Elle ne semble avoir aucune motivation en classe et l’ambiance dans sa famille n’est pas des plus agréable. Une fois rentrée chez elle, Mirai endure les incessantes querelles entre des parents qui ne s’entendent manifestement plus du tout et se trouve souvent délaissée. Cette situation a développé chez elle un caractère quelque peu antipathique et un complexe à l’égard de ceux qui la considère encore comme une enfant. Un jour elle accepte d’emmener son petit frère Yuuki à un salon de la robotique sur l’île d’Odaiba après avoir exprimé son habituelle acrimonie. Malheureusement pour eux, Tokyo est frappée ce jour-là d’un séisme de magnitude 8 et il va leur être très difficile de rejoindre leur foyer. Ils vont néanmoins pouvoir compter sur le soutien de Mari, une jeune femme qui travaille comme livreuse.

tokyo-magnitude-8-0-32

Premières impressions

La recette de cette nouvelle production du studio Bones est claire : il s’agit de réaliser une sorte de documentaire sur l’ampleur des séismes, afin de sensibiliser la population tout en livrant une petite historiette comme trame de fond. C’est d’ailleurs ironiquement à l’instant où Mirai écrit « le monde devrait s’écrouler » sur son portable que le premier tremblement se déclenche, comme si la nature lui répondait. Le tremblement de terre, c’est tout l’intérêt visuel de cette série : les plafonds, les ponts et les gratte-ciels qui s’écroulent, les incontournables tsunamis qui répondent aux secousses, la foule qui ne pense qu’à sa propre survie et se bouscule sans aucun égard, etc. Une atmosphère tendue où chacun lutte en solitaire contre les séismes, où beaucoup succombent à l’énervement tandis que d’autres font resurgir en soi le bon samaritain. Les scientifiques s’amusent beaucoup à faire peur la population et il est évident en regardant Tokyo Magnitude 8.0 que si un tel séisme devait avoir lieu en pleine ville, nos pauvres amis nippons seraient mal. Les buildings et les ponts suspendus sont légions et ça fera bien bobo à ceux qui les recevront sur la tête…

tokyo-magnitude-8-0-18

Ce qui frappe en regardant la série, c’est de voir combien l’instant du séisme est éphémère – tout en restant d’une violence inouïe – alors que ses répercussions et ses conséquences sur toute l’armature de la ville sont phénoménales. La ville devient aussi fragile qu’un bateau en papier après les premières secousses et déplacer une masse de population est dès lors extrêmement délicat. Tokyo Magnitude 8.0 transcrit à merveille le spectacle offert par la catastrophe, ses dangers et surtout l’angoisse sur le visage des victimes. A contrario des grandes fresques hollywoodiennes qui versent dans le même genre, la série pose un univers banal, un concours de circonstances crédible pour décrire le danger sismique la manière la plus scientifique qui soit. Elle ne fait en outre pas l’erreur de montrer l’homme plus inhumain qu’il ne l’est déjà comme c’était le cas dans un certain Dragon Head.

tokyo-magnitude-8-0-33Pas de récit rocambolesque donc : on suit simplement trois personnes pour voir comment chacun vit le sinistre et – j’extrapole légèrement – comment ils vont en sortir mûris. Tout est ancré dans un strict réalisme : non seulement le côté documentaire mais aussi les tourments rencontrés par Mirai dans son adolescence. Comment va-t-elle réagir à la catastrophe, elle qui est d’un naturel grincheux, égoïste et jaloux en toutes circonstances? Elle rencontre Mari, une femme mûre, sociable, dynamique, volontaire et toujours joviale : son antithèse en quelque sorte. Sa situation familiale est aussi assez difficile dans la mesure où son mari est décédé et où elle n’est souvent pas chez elle pour s’occuper de sa fille. Voilà la trame de fond, plutôt quelconque finalement mais suffisamment bien mise en place pour que l’on s’attache aux personnages et que l’on suive leur périple avec intérêt. Mirai va apprendre que la présence d’un adulte à ses côtés peut s’avérer salvatrice.

La série comptera 11 épisodes, c’est assez logique car il s’agit simplement de simuler une catastrophe et d’observer le comportement des victimes. L’épisode trois est édifiant en ce sens et se concentre sur un aspect : l’importance de se tenir par la main pour ne pas se perdre dans une foule qui ne ralentira jamais son rythme. On observe par deux fois l’angoisse d’un enfant quand il se retrouve abandonné à lui-même dans ces cohues inquiétantes. Un format qui n’est pas pour me déplaire et je suis persuadé que Tokyo Magnitude 8.0 sera une réussite.

tokyo-magnitude-8-0-41


  • Pour une critique concernant les éléments de la réalisation, je vous renvoie à cet article de Tabris dont je partage les points de vue.
Publicités

6 réflexions sur “Tokyo Magnitude 8.0 : et le monde s’écroula

  1. En fait j’avais la flemme de parler de tout ce qui concerne le chara-design (qui m’a aussi laissé de marbre avant que je sois convaincu : il est très expressif, il y a qu’à regarder Mirai dans le dernier screen pour s’en assurer), la bande son et la réalisation graphique alors je me suis dit : pourquoi pas prendre un raccourci? :P

  2. Ça a bien changé chez toi depuis la dernière fois que je suis venu, j’aime bien ces petites bannières qui illustrent les résumés des billets :)

    Sinon Tokyo Magnitude est très sympa à suivre, ça change des séries ou le fantastique et le grand n’importe-quoi règne, c’est très terre à terre et ça fait du bien aux neurones. La situation des protagonistes est intéressante aussi, mais je me demande encore comment ils vont bien pouvoir combler le reste des épisodes de la série. 11 épisode, il me semble que c’est une durée tout à fait appropriée pour une fois.

  3. C’est bien que tu remontes ce billet ça me permet d’annoncer qu’un séisme de magnitude 6.5 a eu lieu dans l’océan pacifique près du Japon. Rien de grave à part des mini raz de marée et quelques blessés.
    Sinon oui Tokyo Magnitude est de loin la série la plus intéressante de l’été et c’est bien le réalisme strict qui séduit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s