Umineko : après les cigales, les mouettes

Le staff, le projet

Pour bien débuter l’été, parlons un peu d’Umineko no Naku Koro ni, la série tant attendue qui promettait beaucoup de fun, de tension et d’hémoglobine. Pour les néophytes, il ne s’agit pas d’une suite d’Higurashi mais de l’adaptation d’un autre visual novel produit par Seventh Expansion. Deux mangas sont en cours de publication chez Square Enix, dessinés par deux auteurs différents et traitant deux arcs du jeu original. (N.B. : Je ne connais ni le jeu ni les mangas.)

uminemo-no-naku-koro-ni-34

Parlons un peu du staff. C’est à nouveau le Studio Deen qui s’en occupe (Jigoku Shoujo, Vampire Knight, Higurashi) et on retrouve Chiaki KON (Higurashi, Nodame Cantabile : Paris, Hanasakeru Seishōnen) à la direction du projet. Le chara-design est de Yoko KIKUCHI (Higurashi, Noir, Phantom ~Requiem for the Phantom~). A relever aussi une belle palette de seiyus à commencer par la fameuse tsundere Rie Kugumiya (Taiga, Shana, Louise, Nagi) dans le rôle de la servante Shannon, Yui Horie (Eri, Siesta, Kushieda) dans celui de Maria et enfin Marina Inoue (Chiri, Kana, Yoko) dans de le rôle Jessica.

uminemo-no-naku-koro-ni-42

L’histoire

Umineko no Noku Koro ni, c’est l’histoire d’une puissante famille, les Ushiromiya et du séjour qui les rassemble sur l’île de Rokkenjima les 4 et 5 octobre 1986. Kinzō, le vieux chef de la famille, est proche de la mort selon les propos de son médecin personnel et n’aurait plus que trois mois à vivre. La famille se rassemble alors à sa demeure pour discuter de l’héritage et des dix tonnes d’or que le vieux aurait en sa possession. Peu après leur arrivée, toute communication avec l’extérieur se trouve coupée par un typhon et la famille est isolée sur l’île. On apprend alors la légende de Béatrice, une sorcière qui aurait fait un pacte avec le vieux Kinzō en lui donnant richesses, puissance et renommée en échange de son âme. En soirée, le vieil homme rend sa bague, symbole de la famille et de sa puissance à Béatrice dans l’espoir de revoir son sourire et c’est alors que commence le banquet de la sorcière et un massacre indescriptible sur l’île de Rokkenjima où parmi les 18 convives, chacun est suspect et victime potentielle… Ou bien est-ce l’ancien pacte qui est mis à exécution ?

umineko-no-naku-koro-ni-71

Premières impressions

J’ai passé un sacré bon moment devant les trois premiers épisodes de cette série. Un mélange de mystère, d’horreur et de fantastique bien desservi par son ambiance musicale et graphique. Voilà qui résume parfaitement Umineko no Naku Koro ni. Le héros principal, Battler est assez typique dans son genre avec ses poses de détectives, ses manières peu catholiques envers la gent féminine et une tendance à trop souvent ouvrir sa grande gueule. Le premier épisode balance rapidement les présentations et on fait connaissance des cousins de Battler : Georges, Jessica et Maria ainsi que de ses oncles et tantes et des domestiques du manoir de Kinzō. Un épisode pas franchement passionnant mais qui introduit la légende de Béatrice, un peu à la manière de l’histoire du barrage dans Higurashi. On a l’impression que le scénario est posé à la manière d’un épisode de Détective Conan avec une présentation des suspects, des faits explosifs et l’enquête du héros dont Battler répondrait parfaitement au profil. L’ambiance du manoir peut aussi faire penser à n’importe quel Scooby Doo mais arrêtons-là les comparaisons foireuses pour s’intéresser à l’essentiel.

uminemo-no-naku-koro-ni-17

L’élément central de l’intrigue est bel et bien ce tableau de Béatrice qui change de coloris de manière impressionniste et devant lequel les discussions vont bon train. Ce serait la 19e résidente de l’île au moment des faits mais personne ne croit vraiment à sa légende mise à part la petite Maria. Parlons-en de cette gentille fillette qui apparaît dans le premier épisode maltraitée par sa mère et abandonnée sous l’orage quand surgit derrière elle une silhouette portant un parapluie. Depuis, le comportement de la petite fille va changer et elle sera en quelque sorte le porte parole de Béatrice en lisant une lettre scellée avec la bague de la famille et décrétant que celui qui résoudra l’énigme pourra s’emparer du trésor. Ce qui surprend le plus, ce sont les multiples visages de Maria respirant la démence et un soupçon de mysticisme qui ne semblent pas étonner outre mesure sa famille. Jugez plutôt :

umineko maria

Son visage est déformé dans tous les sens comme nous y a habitué Yoko KIKUCHI dans Higurashi. J’accroche beaucoup au chara-design, à la fois simple et classique mais tellement expressif. Il y a vraiment quelque chose de jouissif derrière cette manière de transcrire les émotions des personnages… La pauvre petite aurait-elle été possédée par l’esprit de Béatrice ? Elle est en tout cas on ne peut plus suspecte même si elle refuse d’arrêter de regarder son dessin animé préféré au moment où les résidents du manoir sont avertis du carnage… Elle affirme en outre que ses porte-bonheur serviraient d’amulette contre la malédiction de Béatrice. Peut-être s’agira-t-il du coupable surprise de ce premier arc même si au vu de la silhouette, je pencherais plus pour Natsuhi, l’épouse du premier héritier qui se trouve maltraitée par sa belle famille et mise à l’écart.

uminemo-no-naku-koro-ni-30

J’ai eu l’impression que tout allait bien trop vite. En effet, se trouver avec six victimes dès le second et de deux supplémentaires dans le suivant ne laisse pas vraiment place au doute : on aura peut-être droit à différents arcs dans le style d’Higurashi où le séjour des protagonistes recommencera une fois la malédiction achevée. Une sorte de retours à la case de départ, résurrection des personnages avec la sacro-sainte queue de phénix et redémarrage des hostilités familiales ou alors une explication à la noix de ce semblant de reset comme dans la suite de la série susmentionnée. Impression justifiée par la numérotation des épisodes (I-I, I-II, I-III, II-I, etc.) et parce qu’on ne sait pas grand-chose des personnages (notamment sur la mère de Maria et les parents de Battler) mis à part l’amour de Georges pour la servante Shannon, relation on ne peut plus taboue au yeux de sa mère. La scène où l’on voix la bague à l’annulaire de la main gauche de la servante et son visage mutilé est vraiment excellente.

umineko-no-naku-koro-ni-70

Il y a un peu de surréalisme d’ailleurs dans la manière dont les personnages vivent le décès de leurs proches et parents. Battler reste un gai luron malgré le massacre de ses parents, Jessica reprend vite ses esprits le lendemain de la mort de son père, comme si de rien n’était. C’est dire le peu d’importance de ces quelques trépas : ce sera une chose au combien banale et renouvelée dans la série. En attendant, Umineko est une série passionnante avec une ambiance qui prend aux tripes et je n’attends qu’une seule chose : la suite. Un peu plus de folie et d’hémoglobine si possible. La partie d’échec s’annonce passionnante…

12 réflexions au sujet de « Umineko : après les cigales, les mouettes »

  1. Je pense en effet que nous aurons le droit a la même manière qu’un higurashi a plusieurs arc, la nous alloons avoir « le pire » a savoir un vrais carnage sans qu’une seul réponse nous sois donnés !

    Sinon l’animé est vraiment sympa pour le moment, pas transcendant mais sympa ! Je vais donc suivre =] et un spécial ça en jette pour l’op et l’ending qui sont bien classe (de même pour l’eyes catch j’aime beaucoup =D)

    Ta bon gout décidément toi =]

  2. Bah c’est évident, quand on voit comment sont nommé les épisodes: « I-I, I-II, I-III, I-IV », il n’est pas à exclure qu’il y’ait des épisodes « II-… », et chacun se la jouera sans doute à la Higurashi.

    Mais je dis ça je dis ça, n’empêche que je suis tellement impatient que j’ai décidé de me faire le Visual Novel. Attendre une semaine entre chaque épisode est INSUPPORTABLE ;_;.

  3. Et encore amo, on peut nous faire le coup de la saison 2 a la higurashi =D

    Ah si j’étais meilleur en anglais… (et que le visual était moins moche xD)

  4. Moi qui avais peur de me fourvoyer complètement en posant cette hypothèse… La division en chapitre est assez édifiante en effet j’ai peur que le tout soit alors trop calqué sur Higurashi. Enfin on a au moins une touche de fantastique dès le départ ici alors ça passera mieux.

    Et ouais l’attente est insupportable…

  5. Eh ben voila, ma wishlist déborde. Je vais devoir rester devant l’ordi toute la journée demain… (non pas que je devrais m’en plaindre ^^)

    Merci pour cet article. (je l’aurais bien noté mais bon…)

  6. Petite precision sur la numérotation. Si vous n’avez pas envie de savoir… hum.. ne lisez pas en dessous ^^’ (Il n’y a pas de spoil)

    La numérotation des épisodes se fait par « épisode » comme le faisais le VN.

    Il existe en ce moment 4 épisodes (dont le 5eme qui arrive durant ce comiket76). L’auteur a annoncé vers 7-8épisodes au total.

    Alors le I-II représente le 2eme épisodes de l’épisode 1 :Legend of the golden witch (Tient ca me fait penser que ce titre n’est apparut nul part dans l’anime…)

    Je ne dévoilerais pas plus aux niveaux des différents épisodes mais vous risquez d’être surpris.

  7. Oh tiens Orphi =O

    Perso j’avais commencé le jeu, ensuite le manga avant de finir sur l’anime, donc je pense que dans cet ordre, c’est plus simple pour comprendre l’histoire, car l’anime va très vite et occulte des passages assez importants parfois. Mais globalement je l’aime cette adaptation n_n

    ps : Petite erreur, Kikuchi san n’a pas travaillé sur Higurashi, c’est Kyuuta Sakai qui s’est occupé du chara design (pour tout sauf REI qui est de Kazuya Kuroda)

    Kugimi m’impressionne, elle double parfaitement Shannon, même si je l’imaginais moins « cassante » parfois xD

  8. Il faut absolument que je reprenne cette série car je n’ai pas avancé depuis que j’ai pondu ce billet. Pourtant elle promettait mais j’aime plutôt voir les séries une fois terminées.

  9. Ahhn c’est dommage car je trouve que maintenant les épisodes s’enchainent avec folie *_* Mais je te comprends, perso je n’aime pas non plus suivre de suite les séries en cours, car après il faut attendre et moi… je décroche de la série aussitôt xD

  10. Pour ma part j’ai failli lâcher pendant le second arc devant le WTF ambiant, mais la suite rattrape largement le coup. Le résultat est quand même bien différent d’Higurashi même si l’idée de départ est la même, reste à voir comment ça évoluera par la suite. Et les deux séries restent plus ou moins liées (hein, ma Bernkastel-sama ?).

    Par contre niveau surréalisme tu vas être servi :p

  11. Quel est l’intérêt de cette présentation « foireuse », pour en reprendre un des termes?
    Alors c’est du spoil à fond des trois épisodes…
    On a qu’une description des trois épisodes, le reste on s’en fout, pas de lien avec les visual novel and co, sachant que visiblement pour avoir la suite de la saison un, il y a une astuce, et en plus ça donne pas envie de regarder du tout…
    (sans compter comme d’hab les fautes d’ortho et les formulations malhabiles, voire les constructions de phrases complètement « surréalistes »; ah c’est pour aller avec Umineko?)

  12. 1. Seuls trois épisodes étaient sortis quand j’ai écrit cette présentation. Le but étant de présenter une série en cours de diffusion, de donner une première impression et d’éventuelles attentes.
    2. Tu retrouveras ce « spoil des trois épisodes » dans n’importe quel synopsis.
    3. Je n’ai pas joué au visual novel (comme précisé).
    4. Pour « les fautes d’ortho » je ne vois pas vraiment et « comme d’hab » me semble un peu méchant.

    Pour le reste, désolé, mais n’est pas Proust qui veut =P

    5. Si personne n’a eu envie de regarder c’est tant mieux car la série est du grand n’importe quoi, une énorme déception pour moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s