Legend of the Galactic Heroes – 1. Critique

Je compte consacrer deux ou trois billets à cette longue série qui présente pas mal d’approches intéressantes. Je n’ai pas encore de plan précis en tête et je commence par une simple critique pour que vous sachiez avant tout ce que je pense d’une série qui laisse au final une impression contrastée même si l’expérience s’est avérée jouissive.

GinEiDen c’est l’histoire banale et éculée d’un conflit qui oppose l’Empire Galactique et l’Alliance des Planètes Libres. D’un côté, un univers qui rappelle l’époque victorienne de par les mœurs et modes vestimentaires et de l’autre, un monde un peu plus contemporain. Nous sommes donc plongés en pleine science-fiction aux confins de l’espace où deux héros montent les échelons de la hiérarchie militaire : Reinhard von Lohengramm et Yang Wenli. Deux stratèges qui s’affronteront sur le champ de bataille mais devront aussi faire face à une noblesse corrompue et des politiciens incapables.

logh-21 logh-13

logh-71 logh-61

GinEiDen est une vieille série. peu animée à défaut d’être mal animée et qui présente une esthétique qui lui est propre. Le chara-design vieillot et efféminé de certains personnages peut effrayer mais on finit par s’y habituer. L’aventure est longue et équivaut à quatre séries de qualité inégale. Chaque épisode a cependant sa raison d’être et présente un contenu narratif complet. Cela ne m’empêche pas de penser que la série aurait gagné en dynamisme, fluidité et en intérêt si elle était parvenue à concentrer l’essentiel de l’intrigue en une cinquantaine d’épisodes. Elle aurait ainsi pu nous épargner les longueurs parfois exagérées d’une discussion politique qui tend souvent à tourner en rond. Je regrette aussi une trop lourde présence du narrateur qui laisse parfois se dévoiler de manière trop explicite les futures clés de l’intrigue.

logh-41

Mis à part ces quelques défauts, GinEiDen est une épopée grandiose qui présente le combat de la démocratie contre la dictature. Une grande réflexion politique et historique se pose : quel système est le plus apte à faire régner l’ordre et la justice ? Ce canevas permet à la série d’échapper longtemps à un scénario manichéen en présentant deux parties aux héros charismatiques, à la fois fins stratèges et fervents idéalistes. On voit que la série s’inspire d’un roman. Le scénario est en béton armé et suit de manière chronologique l’ascension au sommet de Reinhard von Lohengramm et la résistance qui se forme autour de Yang Wenli. La série tend au début à alterner les épisodes s’intéressant à l’Alliance et à l’Empire de manière un peu trop mécanique pour donner l’impression d’une histoire qui peine à évoluer et se perd par instant. Le scénario a aussi le défaut de faire mourir ses protagonistes par principe et non par nécessité, comme si chaque personnage était affublé d’une étiquette « mourra » ou « mourra pas » dès le départ. Réalisme ou déterminisme?

logh-31

GinEiDen, c’est aussi un space opera aux batailles finement élaborées pour peu que l’on s’attarde à comprendre les engrenages stratégiques de l’amirauté. Difficile en revanche de faire des louanges sur la forme. La série date et n’est pas avare en plans fixes et les combats inter-sidéraux ne sont pas des plus reluisants tellement il se trouvent résumés à quelques rayons parallèles esquissés entre des vaisseaux au design sobre et monotone. Le design des vaisseaux est original… mais affreux et terriblement redondant: c’est tout juste si on peut distinguer les deux camps. Les batailles ne sont pas franchement reluisantes et on a parfois l’impression de regarder un des premiers Star Wars. Les combats à mains armées sont aussi brefs : un coup de hache suffit le plus souvent à déchirer l’ennemi… Ne vous attendez à rien de passionnant à ce niveau : GinEiDen est simplement une série où on verse pas mal d’hémoglobine. La série manque de fraicheur, vous l’aurez deviné mais reste profondément moderne dans son propos et l’intelligence du scénario esquissé. Société, histoire, politique, religion sont les grandes thématiques qui se fondent dans une fresque ambitieuse et complexe qui ne néglige pas le côté comique et romanesque du divertissement.

logh-83 logh-91

La plus longue série d’OAVs s’avère au final une réussite malgré ses défauts. Elle transpire le mythe et la présence de musique classique se fond judicieusement à l’action. Malgré sa longueur et son âge, GinEiDen est une série à ne pas manquer. La longueur permet au fond de s’attacher à un univers et des figures classes, torturées et ambitieuses pour lesquelles l’honneur est un devoir sacré et la guerre souvent une fin en soi.

Legend of the Galactic Heroes – 2. Heros »

10 réflexions au sujet de « Legend of the Galactic Heroes – 1. Critique »

  1. Je ne comprend pas trop ce que tu reproches au chara design de gineiden. En quoi est ce effeminé ? Autant Schenkopp ou Reuental sont GAR, autant les autres ne font pas spécialement gay non plus je trouve.
    Et puis les scènes de combat spatial sont belles, enfin celles avec les chasseurs du moins.

  2. En fait c’est le design de Reinhard et Kircheis qui me dérangeait. Et le fait qu’ils apparaissent dès les premières scènes du premier épisode n’arrange rien : on aurait dit des bishonens à ce moment et j’ai failli m’épargner les 109 épisodes suivants du coup tellement ils semblaient avoir une relation douteuse. Mais la suite est venu éclaircir tout ça et il est sûr que les personnages que tu cites sont classes =)

  3. J’avoue avoir de grande difficulté à comprendre toute les critiques qui touchent à l’âge. Il y a bien pire aujourd’hui, globalement, logh vieilli très bien. Enfin, les goût et les couleurs….

    Pour le narrateur, c’est normal qu’il dévoile certain point de l’intrigue. Ce n’est pas très subtile mais cela a l’avantage de faire ressortir l’aspect tragique. Tragique dans le sens ou oui, il y a clairement une bonne dose de déterminisme dans logh. L’aventure de Reuental est clairement présenté comme inévitable.

  4. « la série “profite” d’un chara design vieillot et limite repoussant »
    >> Moi, ce que je trouve repoussant, c’est les animes d’aujourd’hui, comme Clannad ou Code Geass.

    Sinon, gg pour la magnifique phrase « LoGH n’est pas mal animé, mais peu animé », les gens confondent trop facilement les deux. Et honnêtement, perso, ça me dérange pas vu le contenu.

  5. Je sais que tu l’as toi-même dit quelque part =) J’ai de très bonnes références! Sinon j’ai pas dit que la série a mal vieilli mais on sent quand-même que la réalisation subit le poids des années. Après elle reste très bien.

  6. « Le design des vaisseaux est original… mais affreux et terriblement redondant: c’est tout juste si on peut distinguer les deux camps. LoGH est aussi une série où on verse pas mal d’hémoglobine. Il en ressort un arrière gout de Stars War. »

    Les vaisseaux sont censés sortir d’usines et être construit à la chaîne (à 50.000 vaisseaux détruits par bataille, il faut remplacer avant de penser à l’originalité artistique) et sont censés, sauf quelques navires amiraux, être essentiellement utilitaires. Quant à l’hémoglobine et la comparaison à Star Wars, premièrement, Star Wars reste très propète comme série (c’est bien pratique les sabres laser qui cautérisent), alors que dans le cas de LoGH, c’est non seulement beaucoup plus marqué (t’as déjà vu un jedi se traîner dans un couloir après avoir été pris dans une explosion avec laquelle il avait rien à voir en geignant « maman, maman »?) et c’est un élément récurent du récit, vu qu’il crée un contraste entre le champs de bataille dégueux où tu marche dans la cervelle de ton copain de chambré et les politiciens (pour l’alliance) et les aristocrates (pour l’empire) qui se branlent en se racontant des récits de sacrifice héroïque, d’honneur viril et de patriotisme triomphant, tout en faisant tout leur possible pour être le plus loin des batailles où ils envoient leur chair à canon: cela a bien évidemment la subtilité d’une enclume, mais parfois, c’est ce qui marche le mieux

  7. Je l’ai déjà dit ailleurs mais il est vrai que les réalisateurs ont une fixation sur les intestins. Quand ils font des plans qui montrent les soldats mourir dans les vaisseaux. Il faut toujours qu’ils en dévoilent une partie. On a parfois des types qui trainent leurs intestins en se déplaçant sur les coudes, le bas du corps tranchés. Un type qui remet dans son ventre les intestins renversés sur le sol, etc.

    C’est un peu trop gros même tout ça à mon goût et ils auraient pu être un peu plus fins surtout que ces scènes sont marginales et de fondent pas trop dans l’ensemble. Pour les vaisseaux t’as tout à fait raison mais n’empêche ils n’étaient pas à mon gout…

  8. “En fait c’est le design de Reinhard et Kircheis qui me dérangeait. Et le fait qu’ils apparaissent dès les premières scènes du premier épisode n’arrange rien : on aurait dit des bishonens à ce moment et j’ai failli m’épargner les 109 épisodes suivants du coup tellement ils semblaient avoir une relation douteuse. ”
    Ça m’a fait sourire parce que pour moi, ce fut un peu le contraire XD. Ou plutôt, une amie m’a conseillé cet anime en grande partie parce qu’elle savait que j’allais aimé ces personnages (j’ai un faible pour les belles amitiés presque fusionnelles ahem) . Et j’adore leur design (mais j’ai un faible pour les traits un peu féminins uu;…). -Par contre, j’avoue que même moi j’ai ri lorsque Reinhard a changé de coupe 8D-.
    Mais bien évidemment, l’intérêt de la série va beaucoup plus loin et si je l’aime tant, c’est bien pour la fresque humaine qu’elle nous offre! Et bien que les Gaiden soient une sucrerie agréable, je les trouve bien moins palpitant que la série principale. Mais rien que parce qu’il y a beaucoup Kircheis dedans, je devais les voir :’D.

  9. Ça me fait penser que justement j’avais l’idée de voir les Gaiden en étant tombé sur la fiche de ANN dernièrement. Mais bon si c’est juste pour les beaux yeux de Kircheis je vais passer mon chemin car j’aimerais pas subir de désenchantement vis-à-vis de la saga :p

  10. Merci d’avoir pris la peine de découper mon commentaire pour moi et désolée de ne pas l’aoir fait de moi-même.

    Mmm. Très franchement, je pense que vous pouvez vivre sans les avoir vu, surtout si le côté bishônen de Kircheis et Reinhard et leur relation parfois « louche » ne vous emballent pas trop. Niveau fanservice, ça y va vraiment très fort °°;… Pour un passage montrant que Kircheis aime Annerose, on le droit à 5 passages montrant que Kircheis et Reinhard ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre… ça m’a même surprise par moment. Il y a un peu de cela également dans la série principale, mais ça y est quand même beaucoup plus subtile (et ça ne compose pas 90% de la série vu qu’il y a aussi d’autres personnages majeurs).
    Donc ce qui m’a fait sourire risque de vous faire rouler des yeux uu;…

    De plus, je trouve que scénaristiquement, c’est parfois un peu faible ou « facile » (mais cette idée que j’ai, vient un peu des mauvais sous-titres sur lesquels j’étais tombée la première fois…). Néanmoins, ce point peut être nuancé par la présence de beaucoup de questions et autres problèmes intéressants. De plus, je trouve que la 4e partie est un cran au dessus du reste, mais c’est peut-être dû à la présence d’affrontements dans l’espace qui donnent lieu à beaucoup de moments « épiques » !!

    Pour ce qui est des points forts, j’aime beaucoup le fait que la narration se focalise très souvent sur le point de vue de Kircheis. Ca permet de mieux cerner le personnage et d’en apprendre plus sur lui. De même, je ne me lasse pas d’en apprendre plus sur le trio Reinhard/Annerose/Kircheis.
    J’apprécie également de voir l’évolution de Reinhard avant le début de la série. Et j’adore tous ces grands moments de frustrations qu’il rencontre. Il a git vraiment comme un gamin immature par moments, ce qui me fait toujours beaucoup rire. Et j’aime aussi pas mal la manière dont on croise souvent des personnages qui auront un rôle majeur plus tard.

    Donc, vous devriez peut-être jeter un oeil au début et arrêter si vous n’accrochez pas.

    En revanche, je n’ai pas encore regarder Spiral Labyrinth mais je projète de le faire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s