Pour en finir avec School Days

Petite mise au point sur les interminables débats suscités par une série qui sortira bientôt dans nos contrées. Attention : le billet dévoile des moments clés de l’intrigue!

School Days est une série qui divise les foules mais que j’ai dévorée en une soirée tellement je la trouvait intrigante. On aura beau affirmer que la série est pourrie, elle me fascine. Elle est tiraillée entre une première partie lente, insipide et dont les intrigues romantiques font penser à n’importe quelle série du genre (prenez le récent KimiKiss Pure Rouge qui part un peu sur le même canevas) et une deuxième partie beaucoup plus macabre, malsaine, qu’il est difficile d’apprécier ouvertement si on veut rester dans le politiquement correct.

Au fond que reprocher à School Days? Pas sa réalisation qui est à mon goût très fraiche et soignée avec des décors inspirés du réel et bien élaborés. Pas le chara-design non plus : il est souvent très expressif quand il montre un visage rempli de haine et celui du héros est de circonstance : aussi fade que lui. Le fan-service… oui mais il reste raisonnable et concentré sur quelques épisodes.

school-days-05-large-01school-days-05-large-23

Envers et contre tous je maintiens : le fan-service reste très raisonnable et pourtant il est vrai que la série verse dans le lolicon et les plaisirs secrets…

La série est finalement très divertissante malgré ses défauts, notamment de cohérence. Le « petit » souci vient des caractères présentés. Que ce soit Makoto, Sekai ou Kotonoha, tous les personnages sont surréalistes alors qu’ils n’ont pas lieu de l’être. Qui peut supporter le héros pervers à son stade ultime, incroyablement dopé aux phéromones  et ses deux fan-girls aux réactions si difficiles à appréhender? Qui peut encaisser la manière dont Makoto construit son harem sans en être dégouté? Faut-il voir ici un témoignage de la réalité contemporaine des relations entre filles et garçons? J’ose espérer que non.

Au sujet du dénouement je me suis toujours interrogé : est-ce une manière de sauver une série du gouffre? Pour essayer de répondre à la question, j’ai lu le manga adapté de School Days et illustré par Homare Sakegatsu. La fin diffère radicalement et l’intrigue est résumée à l’essentiel, ce qui n’en fait pas une lecture déplaisante quand on connait les multiples scènes que l’adaptation TV aurait pu nous épargner. Il permet surtout de pouvoir comparer les deux fins et de les juger selon l’appréciation de chacun.

La fin de la série est extrême et sert le côté commercial de la chose. Petite comparaison. Dans le manga, rongée par la jalousie, Kotonoha tente de tuer Makoto mais celui-ci n’est finalement que blessé. A l’hôpital, Sekai reçoit un appel de la sœur de Kotonoha qui panique devant son cadavre plongé dans un bain de sang. Makoto comprend vite ce qui s’est passé en voyant le couteau dans le sac de Sekai. Il n’y a plus qu’un meurtre et on n’empale pas implicitement une demoiselle pour voir si elle est enceinte. Bref, une fin gentillette.

Vous n’ignorez pas qu’un visual novel a la particularité de proposer des fins multiples ni que School Days est à la base un visual novel développé par Overflow. Cela explique la liberté prise par les auteurs de la série et du manga de varier la fin à leur goût. L’adaptation construit son histoire en suivant l’un des multiples fils du jeu et en choisissant celui qui sera le plus apte à frapper le spectateur. D’où le héros pervers, l’ambiance malsaine, les nanas libidineuses à l’extrême.

school-days-01-01school-days-04-04

Des prises de vue pour le me moins calculées. L’objectif était-peut-être de ne pas prendre nos supers héros de haut :p

Ce qui m’intrigue c’est qu’il ne s’agit pas du premier éroge adapté que je regarde : Air, Clannad, Kanon, Tsukihime, Fate, Rumbling Hearts, Shuffle, etc. La liste est longue mais School Days a le mérite de s’en démarquer. En effet, la série garde dans une plus grande mesure les aspects érotiques de l’œuvre de base. C’est en partie dû au fait que le visual novel dont School Days est adapté n’a rien à voir avec celui des séries mentionnées. Les scènes érotiques sont bien plus présentes et forment le cœur de l’intrigue. C’est bien simple : le scénario en dehors des affaires de sexe est inexistant.

school-days-10-large-03school-days-04-16

Si vous n’aimez pas ce genre de gros plans, les décolletés et les regards langoureux, et que cela ne vous fait pas chaud nul part, laissez tomber!

School Days n’avait donc pas les moyens de devenir une adaptation qui s’émancipe du caractère érotique du visual novel. Le canevas de base manquait sans aucun doute de pistes scénaristiques pour que la série laisse de côté cet aspect. La série présente donc un scénario qui ne vole pas bien haut mais qui veut avant tout frapper, accrocher et plaire au spectateur. School Days a le mérite de m’avoir montré quelque chose d’original : la hantise libidineuse d’un pervers (Makoto) et la folie à son paroxysme (Kotonoha) pour aboutir à un dénouement inédit et jouissif. En tout cas si on le compare à ceux des productions actuelles.

school-days-12-large-21school-days-12-large-24

La scène des scènes : qui osera dire que la série ne parvient pas à marquer en voyant le visage de Makoto? On comprend pourquoi ce dernier épisode a été repoussé quand on connait ce qui se tramait dans l’actualité au Japon. Reste à savoir si vous vous en êtes réjouis ou si vous avez crié au drame! La question a suscité bien des débats stériles et ridicules d’ordre éthique…

(Cette scène me fait un peu penser au dénouement de Death Note à vrai dire. Les mêmes expressions et un héros qui crève affreusement dans son costard. Mais Makoto et Light n’ont pas la même grandeur auprès du public et cela se comprend. On préfère le tueur charismatique au gamin à la libido démesurée.)

Un bouille indigeste de sexe et de mièvrerie? Certes. Des personnages frivoles, agaçants et surréalistes? Assurément. Une histoire malsaine dépourvue de toute logique? Je veux bien. Et pourtant, je reste persuadé que les arguments des réfractaires sont motivés par un besoin d’être politiquement correct mais au fond d’eux, je suis sûr qu’ils en raffolent! (Troll à ne pas prendre au premier degré :P) School Days est au final une série fun comparée à la plupart des romances insipides de ces dernières années. Et elle aura fait parler d’elle en suscitant des débats.

10 réflexions au sujet de « Pour en finir avec School Days »

  1. >> Troll à ne pas prendre au premier degré :P

    Ceci dit, on peut troller ? :p

    En tout cas, tu vas enchanter FFenril avec ton article. Lui qui aimes taaaaaaaaaaaaant que l’on parle de Schools Day :D

  2. Le problème de School Days, l’anime, c’est que la fin mise à part, c’est globalement affligeant de médiocrité et insipide au possible. Les tous premiers épisodes sont d’une nullité sans nom. Ca s’améliore un peu par la suite avec une montée en puissance pendant laquelle on sent vraiment que les personnages jouent un jeu dangereux qui aura forcément des conséquences. Malgré tout, pendant une bonne dizaine d’épisodes, il y a trop de retenue, c’est trop gentil, pas assez malsain en fait.
    Heureusement le final a jutifié à lui tout seul le supplice que j’ai enduré pendant la majeure partie de mon visionnage :p

    « il est vrai que la série verse dans le lolicon »
    Bof. Elles ne font pas très « loli » les filles de School Days. Et il n’y a pas de complexe vu que le héros est du même âge.

    (sinon, y a pas moyen de faire en sorte que la police soit plus grosse par défaut dans les commentaires? C’est minuscule!!)

  3. Le mérite de la série est justement de gagner d’intensité : au début cela ressemble à n’importe quelle romance. Je comprends ton sentiment à l’égard de la série et je crois que si j’ai dévoré les épisodes c’est peut-être parce que je savais que j’aurai une fin spéciale dont tout le monde parlait. Mais il y a déjà pas mal de scènes à caractère malsain avant le dénouement.

    Et t’as raison je me mêle les pinceaux en parlant de « lolicon » mais les filles ont quand même 14-15 ans (et donc lolita peut marcher ici) et pour Makoto c’est sûr que le terme ne convient pas mais pour le spectateur qui apprécie trop ça… hum.

    (pour la police j’essaye depuis un moment de changer ça : c’est chiant mais j’ai le sentiment que c’est lié à mon thème sous wordpress et le code ne change rien apparemment. )

  4. En effet les avis sont très partager, mais bon il faut avouez que ce qui à tout casser c’est quand même makoto qui étrangement arriver en quelque mois à ce faire toutes les filles qu’il croise, bilan assez indigeste pour des personnes ayant une vie sexuel dite « normal »

    Forcement on regarde un peu de travers en voyant un mec comme sa, puis au fil des épisodes le dénouement était prévisible en regardant la tête de kotonoha.

    A vrai dire ce qu’il m’as vraiment dans cette série, c’est la mise en scène ma foi bien foutue accompagner d’un dessin vraiment très réussis.
    Après le reste :/

  5. Chouette analyse ! :)

    J’avoue que j’ai moi aussi dévoré la série mais je ne la trouve pas bonne pour autant. Divertissante ? Sûrement. Fascinante ? Parfois. Elle a la mérite de ne pas laisser insensible, ce qui ne m’empêche pas de trouver l’histoire mal fichue. Comme le dit Diyo, ils auraient dû aller jusqu’au bout dans le malsain, tant qu’à faire. Ca aurait peut-être permis de compenser le vide scénaristique…

  6. Merci Nounours, mais pour l’essentiel de l’analyse c’était la seconde fois que tu la lisais. J’ai repris une vieille discussion qu’on a eue sur le forum!

  7. Si c’est bien la discussion que je pense, je crois que j’avais vite laissé tomber, découragé par l’empilage effréné de walls of text ^^

  8. Non c’est une discussion qui date de votre fête nationale. Tu avais tenu bon à l’époque. Je trouve la récente analyse de topa encore plus intéressante mais elle ne correspond pas à la façon dont j’ai pensé la série.

  9. Pour ma part je me suis arrêté à la moitié pour l’instant, je n’ai pas réussi à tenir devant la violence psychologique des relations amoureuses de ces perso. Y faut que je m’y remette.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s